HomeEntreprises-ManagementIndustrie de l’emballage : 80% des matières premières sont importées

Industrie de l’emballage : 80% des matières premières sont importées

L’industrie de l’emballage en Algérie reste largement dépendante de l’importation des matières premières (verre, granulé, carton, plastique…etc.), qui sont importées à 80%, contre une production locale très faible. C’est ce que nous a confié, ce dimanche 23 septembre 2018, M. Fayçal Akouche, P-DG de Concept Emballage et vice-président du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja (CEIMI).

«En Algérie, nous sommes des transformateurs et non pas producteurs, on est vraiment dépendants de la matière première qu’on importe, et si demain, il y a une loi qui va interdire les importations de la matière première, on sera bloqué», a souligné M. Akouche, en marge d’une conférence de presse tenue à l’hôtel Sofitel d’Alger, dédiée à la promotion du salon international «All4pack Paris», un événement consacré à l’industrie de l’emballage, prévu du 26 au 29 novembre 2018 à Paris (France).

Dans ce cadre, le vice-président du CEIMI a rappelé que, la loi qui avait interdit en janvier dernier, l’importation du polypropylène (une matière première de base dans l’industrie de l’emballage), qui avait bloqué tout le monde, avant que les opérateurs interviennent en saisissant les autorités concernées pour lever cette interdiction. A ce propos, il est utile de rappeler que le P-DG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour a parlé récemment de négociations avec  les turcs pour un projet d’une usine de production de 450 000 tonnes/an de polypropylène.

M. Akouche a fait savoir aussi qu’en Algérie il y a pour près de 200 millions tonnes/an de besoins pour seulement l’emballage flexible dont il est spécialisé.

Il a déploré la faiblesse et la timidité de l’activité de récupération qui ne représente que 7%, mais, selon lui, cette activité commence à émerger.

Pour sa part, Mme Samia Boukhedami, chef du département technique et qualité chez Général Emballage, a indiqué que «la dynamique économique de l’Algérie qui contribue activement pour le développement du tissu industriel, la mutation de la société qui est en constante évolution, l’ouverture sur les marchés mondiaux, le développement de l’agriculture et l’émergence du E-commerce, sont les cinq points qui influenceront et remodèleront carrément la perception de l’emballage en Algérie».

4 grands défis majeurs liés aux évolutions sociétales vont pousser l’emballage à se réinventer en 2050

De son côté, M. Christophe Delahaye, Chef de marché du Groupe Comexposium, organisatrice du salon «All4pack Paris» amis aussi du salon «Djazagro» en Algérie, a présenté les résultats d’un sondage intitulé «L’emballage à l’aube de sa révolution», réalisé les organisateurs du salon en question, en interrogeant 22 designers dans 16 pays d’Europe et du Maghreb afin de connaître leur point de vue sur les défis qui attendent le secteur de l’emballage.

Suite aux réflexions de ces derniers, l’institut de sondage «YouGov» a questionné 8253 consommateurs de 6 pays (européens) afin de comprendre leurs attentes concernant les futures innovations du secteur. Il en ressort les contours des défis majeurs qui conduiront vers 2050 et la révolution de l’emballage.

En résumé, selon M. Delahaye «quatre grands défis majeurs liés aux évolutions sociétales vont pousser l’emballage à se réinventer». A savoir, le vieillissement de la population qui nécessitera selon les sondés plus de 50 ans et les 18-34 ans un emballage facile à ouvrir et à refermer. Il y a aussi comme deuxième défi, l’épuisement des ressources de la planète, ce qui nécessite selon les consommateurs interrogés l’encouragement du recyclage et l’interdiction des emballages non recyclables.

D’après le même sondage, le développement de l’intelligence artificielle, jouera également un rôle dans la révolution de l’emballage. Notamment, si cette dernière permettrait de mieux trier et recycler, et limiter le gaspillage, ainsi que l’accès à plus d’informations et à plus de facilité d’usage. Il y a aussi, le défi de la mobilité accrue dans les véhicules autonomes dans l’avenir. Ce qui nécessiterait que l’emballage, selon les personnes interrogées, soit plus facile à recycler et plus facile à refermer sans la moindre fuite. En effet, la gestion de l’emballage après son utilisation, selon le sondage de YouGov, est la principale préoccupation des européens.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine