Environnement : la valorisation des déchets ne dépasse pas 7%

gestion des déchets
ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati APS PHOTOS © 2017

La stratégie nationale de la gestion intégrée des déchets est en cours de finalisation et sera présentée au gouvernement fin décembre prochain. L’objectif de cette stratégie est d’atteindre zéro déchet dans la nature d’ici 2035, a indiqué ce dimanche la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati, lors de son passage eu forum du journal El Moudjahid.

Mme. Zerouati a rappela que « l’Algérie génère 13 millions de tonnes déchets par an et il faut agir sur le mode de consommation durable. 30% de nos déchets sont des matières organiques assimilées, 30% de déchets solides et 50% de déchets inertes et nous avons une valorisation qui est au-dessous de 7% », ajoutant «  l’objectif est d’atteindre une valorisation de 30% pour les déchets ménagers et assimilés, 30% pour les déchets solides et 50% pour les déchets inertes ».

La ministre a souligné que la stratégie de développement durable présentée devant le gouvernement le 25 mars dernier doit rendre la biodiversité une source économique pour la création de l’emploi.

Par ailleurs, elle a fait savoir que « la l’éradication de la décharge d’El Kerma à Oran coûtera 150 milliards de centimes et le lancement des travaux est prévu pour jeudi prochain. L’éradication de la décharge de Boulimat, à Bejaia, coûtera 80 milliards de centimes ». Elle a précisé que plus de 90% des déchets sont destinés à l’enfouissement.

Elle a rappelé que plusieurs wilayas ont mis en place le tri sélectif, soulignant que la mis en place du tri sélectif dans la capitale est très compliqué, puisqu’elle a elle connu une extension qu’on n’a pas pris en considération. La gestion des déchets est la première tâche des collectivités locales.

Interrogée sur la responsabilité de son ministère dans l’épidémie du choléra, Mme. Zerouati a souligné que la première mission du ministère de l’Environnement est le contrôle physique et chimique des substances, en précisant que « l’observatoire national de l’environnement et du développement durable dispose d’un laboratoire central au niveau de la capitale et de cinq laboratoires régionaux ». Elle a rappelé que « le contrôle se fait par des conventions signées avec les établissements classiques nous avons également procédé au contrôle de 414 plages concernant la composition de l’eau ».

Interrogée sur les inondations qui ont touché plusieurs wilayas ces dernières semaines, Mme. Zerouati explique que les collectivités locales manquent de moyens pour la collecte des déchets qui obstruent les canalisations.

Évoquant la stratégie de l’Algérie en matière des énergies renouvelables, Mme. Zerouati a insisté sur les énergies renouvelables « off grid » (hors réseau) à l’horizon 2030, et d’étudier les opportunités de concrétiser des partenariats dans ce domaine, précisant que la priorité de cette stratégie sont les petits agriculteurs et les propriétaires de logements ruraux.

MDI Alger