En application du principe de réciprocité: L’Algérie n’assure plus la protection policière des représentations françaises

représentations françaises en Algérie

Les représentations diplomatiques ainsi que d’autres structures françaises en Algérie seraient privées depuis hier mercredi 19 septembre 2018, du dispositif sécuritaire assuré jusque là par les policiers nationaux, a rapporté ce jeudi TSA, dont la nouvelle a été relayée ensuite par plusieurs autres médias.

Tstart

 la mesure concernerait «toutes les structures à Alger, y compris le siège de l’ambassade et la résidence de l’ambassadeur», ainsi que «les structures consulaires à Oran et Annaba seraient également concernées».

La même source a rappelé que depuis les années 1990, «les représentations étrangères, particulièrement celles des grands pays occidentaux, sont gardées en permanence par plusieurs policiers algériens», précisant que «ces ambassades possèdent également leur propres services de protection à l’intérieur».

Cependant, repondant au principe de réciprocité, cette mesure décidée par les autorités algériennes serait, se «une réponse à une décision française, il y a environ une semaine, de ne plus affecter de protection policière devant l’ambassade d’Algérie à Paris».

KIA RIO

Selon le site alg24, cette décision serait dictée par le Ministre des affaires étrangères Abdelkader messahel qui aurait demandé à ce que «le principe de réciprocité y soit appliqué après un rapport transmis par la mission diplomatique algérienne à Paris».

Hassi Messaoud Expo