Qui peut sauver la CNR ?

équilibres financiers de la CNR

Dans un élan d’inquiétude et devant la situation préoccupante que vit, la caisse nationale des retraites, le SNAPAP (le syndicat national autonome des personnels de l’Administration publique), a proposé hier, le lancement d’une conférence nationale, dans le but de rechercher des solutions efficientes pour maintenir les équilibres financiers de la CNR.

Dans ce sens, le directeur chargé de la formation au sein du SNAPAP, M.Ben Elmili, El Ayachi, a indiqué que le déficit de la CNR , a été au cœur des discussions de la réunion qui a rassemblé les représentants du syndicat et le ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, Mourad Zemali.

Indiquant, que le tiers des retraités ‘ont pas atteint l’âge de 60ans, ce qui représente, le volume du déficit enregistré, et estime à 580 milliards de dinars. Pur lui se déficit n’aurait pas existé si il n’a y ‘avait eu es départ en retraite proportionnelle, ou la retraite sans obligation d’âge.

Par ailleurs, le même responsable indique que des mesures ont été prises pour tenter de réduire ce déficit. Et ce, à travers des opérations de contrôles, relatives au travail informel, et à l’absence de déclarations, « il faut des reformes profondes, mais celles-ci s’inscriront sur le moyen et long terme » précise -t -il.

Pour les observateurs, le mal est profond, notamment lorsqu’on sait qu’ il faut cinq cotisants pour un retraité, pour parler de système équilibré, alors qu’au demeurant, la CNR parle uniquement de 2 cotisants pour un retraité. Et ce sans parler de l’impact hautement négatif du volume du travail informel, estimé entre 3 et 4 millions de travailleurs non déclares.

En somme, cette situation inextricable de la CNR, représente sans conteste, un autre défi de taille pour l’Etat. Notamment dans la conjoncture actuelle, ou il se trouve tiraillé entre, la réussite d’une transition économique et énergétique, le maintien des équilibres financiers et budgétaires, le maintien de la politique sociale, et la préparation d’une échéance électorale des plus déterminantes pour l’avenir du pays.

Bessa, Résidence la Pinède