Le contrat avec Air Algérie qui a coûté cher au groupe canadien «SM International»

personnel navigant commercial annonce une grève

Le contrat qu’a remporté en 2011 par le groupe canadien SM international auprès de la compagnie aérienne nationale Air Algérie, pour la réalisation du nouveau siège social de l’entreprise à Alger, et résilié par la suite, «a coûté cher» à la firme d’ingénierie montréalaise, rapporte ce mercredi 29 août 2018, le Journal de Montréal.

Selon la même source, le contrat d’un montant de 83 millions d’euros (124 millions de dollars canadiens), a mal tourné en Algérie et a «grandement fragilisé l’une des plus importantes firmes d’ingénierie du Québec, le Groupe SM international (SMi)».

Le groupe Québécois pour faire face à cette situation difficile «vient d’obtenir la protection du tribunal pour se remettre sur pied financièrement», a précisé le même journal. Expliquant que «ce coup dur survient un peu moins d’un an après l’arrestation par l’Unité permanente anti-corruption (UPAC) du fondateur de SMi, Bernard Poulin, qui contrôlait l’entreprise montréalaise jusqu’en juin».

La firme canadienne qui traîne des dettes totalisant 184 M$, dont une bonne partie est causée par le contrat obtenu auprès d’Air Algérie (2011), avant d’être résilié et lui faire perdre au moins 80 millions de dollars, précise la même source.

Paul Lafrenière, chef de la restructuration de SMi, a expliqué au même média qu’«avec les dettes qui ont été emmagasinées, il y a beaucoup de frais d’intérêt, beaucoup de remboursements à faire et l’entreprise n’en est plus capable».

«Les dirigeants actuels de SMi, Richard Breault et Gérard Laganière, espéraient qu’un tribunal d’arbitrage international allait leur permettre de récupérer au moins 60 millions $ dans le litige. Or, la décision rendue il y a dix jours en Suisse n’a accordé absolument rien à l’entreprise», précise encore le journal, ajoutant que «c’est ce qui a contraint SMi à recourir à la Loi sur les arrangements avec les créanciers, vendredi dernier».

Pour rappel, les deux entités ont recouru à l’arbitrage international pour le règlement du litige qui les opposait. Air Algérie a perdu son procès en arbitrage contre le groupe canadien SM International. La compagnie aérienne nationale a été condamnée, le 31 août 2017, à verser la somme de 1,5 milliard de dinars à la société canadienne dans un délai d’un mois.

MDI School