Tunisie : Pas de préférence entre le touriste européen et le touriste algérien

tourisme en tunisie

La ministre tunisienne du Tourisme, Mme Salma Elloumi-Rekik, a déclaré,  sur Radio Med, une radio locale, qu’une campagne et une diffusion d’informations erronées sur le secteur du tourisme dans son pays avaient été menées par des Algériens évoquant les mauvais traitements dans les hôtels tunisiens, la préférence des touristes européens,  et l’annulation de leurs réservations, a rapporté ce jeudi le quotidien Echorouk.

ooredoo switch

Mme. Elloumi-Rekik a ajouté que « les informations sur les mauvais traitements infligés aux Algériens étaient totalement fausses et basées sur une déclaration publiée par les agences de voyages algériennes. Ce qui est publié est incorrect ».

« La preuve que le touriste algérien se sent à l’aise et bien traité en Tunisie, on a enregistré une augmentation de 14% du nombre de touristes algériens cette année et c’est un record », a-t-elle déclaré.

Mme. Elloumi-Rekik a parlé de 1,1 million d’Algériens qui sont entrés en Tunisie depuis le début de l’année jusqu’à la fin du mois de juillet et ce nombre devrait atteindre 3 millions d’ici la fin de l’année.

La ministre a évoqué les plaintes des touristes algériens qui se sont rendus récemment en Tunisie « Certains touristes algériens et tunisiens ont été confrontés à des difficultés, parce qu’ils n’ont pas fait de réservations à l’avance et nous avons lancé une campagne pour encourager les agences de voyages à réserver rapidement », a-t-elle déclaré. Mme Elloumi-Rekik a souligné que ces dernières années, son ministère s’est focalisé sur trois marchés: l’Algérie, la Russie et la Chine.

La responsable tunisienne a rappelé les Algériens ont soutenu la Tunisie, notamment après les attentats terroristes qui ont secoué la ville de Sousse et la capitale Tunis.

KIA RIO

Les déclarations de la ministre tunisienne du Tourisme interviennent quelques jours après la diffusion, sur plusieurs médias algériens, d’une vidéo montrant des familles algériennes qui se sont vues interdire l’accès à un hôtel situé dans la ville de Sousse.

 

EFTG