Apple, première entreprise privée à passer le cap du «trillion» de dollars

Apple est devenu le premier groupe privé à passer le cap de ce que les Américains, qui utilisent l’échelle courte des grands nombres, appellent un «trillion» de dollars.

Tstart

Cette barre symbolique de la capitalisation boursière a été franchie quand l’action Apple a atteint le prix de 207,05 dollars à Wall Street, hier jeudi. Si quelqu’un voulait racheter toutes les actions Apple, il devrait donc débourser 1.000 milliards de dollars.

C’est autant que les dix plus grandes entreprises du CAC 40 cumulées et deux fois le PIB de la Belgique.

La compagnie publique chinoise PetroChina avait brièvement franchi ce seuil des 1.000 milliards en 2007 lors de son introduction en Bourse mais était vite redescendue. En 1999, Microsoft avait atteint 613 milliards de dollars, soit, avec l’inflation, 927 milliards de dollars d’aujourd’hui.

Apple a gagné cette course symbolique – il n’y a aucune récompense, c’est juste un nombre rond – d’autres géants américains la talonnent : Amazon (877 milliards de dollars), Google (852 milliards) et Microsoft (824 milliards).

Pour Apple, il s’agit malgré tout d’une performance remarquable. En 1997, l’entreprise était au bord de la faillite et n’avait plus que trois mois de trésorerie, selon Steve Jobs. Elle doit notamment sa survie à un investissement de Microsoft de 150 millions de dollars qui garantit la présence d’Office sur le Mac pour cinq ans. Apple lance l’iMac en 1998 puis l’iPod en 2001 et l’iPhone en 2007.

Moqué par ses concurrents, son Smartphone représente aujourd’hui près de deux tiers d’un chiffre d’affaires annuel qui dépasse les 200 milliards de dollars

KIA RIO

Afp

Hassi Messaoud Expo