La participation de l’Algérie aux événements économiques, au centre des préoccupations du ministère du Commerce

Contrôle du commerce: Plus de 117.000 infractions enregistrées en 10 mois

Une réunion de coordination du Comité national multisectoriel s’est tenue récemment au ministère du Commerce pour préparer et organiser le programme officiel de participation algérienne aux événements économiques internationaux, selon un communiqué du ministère. Cette réunion, supervisée par le Secrétaire Général du Ministère du Commerce, Chérif Omari, a eu pour but d’organiser la participation algérienne à ces événements de manière sérieuse et efficace et d’évaluer les programmes tracés.

Les organisations et opérateurs qui ont pris part à cette réunion devront prendre en compte tous les points de dysfonctionnement du commerce algérien, notamment dans le commerce extérieur, tels que la logistique qui reste un secteur peu développé en Algérie. Indispensable pour un pays qui veut conquérir les marchés extérieurs, la logistique regroupe l’ensemble des activités mettant en œuvre les moyens nécessaires à l’acheminement correct d’un produit depuis un point de production vers la consommation.


Plus d’infos:  Indice de performance logistique 2018 : L’Algérie dégringole de 42 places


Elle englobe la gestion des commandes, la prévision de la demande de produits, la mise à disposition des moyens de transport et de livraison de ces produits, au moindre coût et dans le respect des délais, ainsi que le stockage de ces derniers.

Alors que l’Algérie a réorienté sa politique en matière de commerce extérieur vers l’exportation, le comité doit prendre en considération la question de la qualité et de la quantité, ainsi la conformité des produits aux normes internationales revêt un caractère primordial dans l’acte d’exporter. Force est d’admettre que les produits algériens sont loin de répondre aux normes imposées par les principaux clients du pays. A ce titre, il convient de rappeler que plusieurs produits agricoles ont été refoulés le mois dernier par le Canada, la Russie, la France et le Qatar qui ont jugé ces produits non conformes aux normes.

Le volume de produits à exporter joue un rôle important dans le commerce extérieur. Dans ce sens, le ministère du Commerce a fait savoir qu’au 31 mai 2018, pas moins de 15 produits ont été exportés pour un volume de près de 45.000 tonnes contre 34.000 tonnes exportés en 2017, ce qui est très faible pour un pays qui œuvre à sortir de sa dépendance des hydrocarbures.

L’absence totale de diplomatie économique complique la tâche des opérateurs économiques algériens désireux de participer aux manifestations et aux foires organisées à l’étranger pour promouvoir leurs produits. Le fait que nos ambassades ne disposent pas de chargés d’affaires ou de cellules pour faire la promotion des produits algériens dénote du manque de vision.

Par ailleurs, le comité sectorielle est composé  des représentants de plusieurs ministères, tels que le ministère des affaires étrangères, du commerce, des finances, des transports et des travaux publics, le tourisme et les industries traditionnelles, l’industrie, l’exploitation minière, l’agriculture et du développement rural et de la pêche. Les représentants d’organismes nationaux et des institutions telles que la Société algérienne des Foires et Exportation (Safex), l’Agence nationale de la promotion du commerce extérieur (ALGEX), la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), les douanes algériennes et  Air Algérie l’Algérienne.