Origines de l’argent : Les banques ne sont plus tenues d’interroger les déposants

déficit budgétaire

Les banques ne sont plus tenues de demander à leurs clients de justifier l’origine de leur argent, et ce dans le but d’encourager la collecte de l’épargne, circulant en dehors du circuit bancaire.

Tstart

En effet, la Banque d’Algérie a adressé une instruction aux banques en les invitant à ne plus «questionner les déposants sur la provenance de leur argent, et de revenir à leur métier de base qui est la collecte de l’épargne et financer l’économie nationale», a rapporté la radio nationale sur son internet.

Ainsi, les banques qui se comportaient par le passé comme agents de contrôle financier, ont été invitées à en finir avec cette pratique. A ce propos, le Vice-Gouverneur de la Banque d’Algérie, Benbelkacem Djamel  a déclaré à la même source qu’«il n’appartient pas au banquier de refuser de l’argent, c’est antinomique avec son métier».

Selon lui, «Il y a des institutions spécialisées dans le renseignement financier dans notre pays. C’est renseignement financier qui doit prendre en charge ce type de problème».

Selon la même source, «les banquiers ne faisaient qu’appliquer les règles imposées, notamment, par certaines institutions financières internationales, afin de lutter contre le blanchiment d’argent. Mais pour la banque centrale, l’argent circulant en dehors des banques, n’est pas issue d’activité criminelle».

«C’est parce que nous avons une économie informelle assez importante dans notre pays, et cette économie informelle, nous savons aussi, qu’elles sont ses causes, c’est surtout l’évasion fiscale», a expliqué le Vice-Gouverneur de la Banque d’Algérie.

De son côté, le PDG de la Banque de développement local (BDL), Mohamed Krim, a déclaré à la radio que «Nous avons réuni tous les responsables des agences et des pôles commerciaux. Nous leur avons donné des instructions fermes, et les directives de la banque centrale ont été clairement signifiées à l’ensemble des collaborateurs», et la nouveauté selon lui c’est que «le préposé au guichet n’a plus le droit de poser la question fatidique : d’où avez-vous ou ramenez-vous cet argent ?»

KIA RIO

Selon la même source, «L’instruction de la Banque d’Algérie a pour objectif de collecter la masse monétaire qui circule en dehors des circuits bancaires, évaluée à 31% de la masse monétaire globale», selon les experts, qui estiment qu’«il faudra aux banques au minimum dix ans, pour absorber cet argent, à conditions de généraliser d’autres moyens de paiements».

Hassi Messaoud Expo