Le Brent baisse à près de 77 dollars le baril

Les prix du pétrole ont baissé ce mercredi suite à la reprise des exportations en Libye et l’assouplissement du message de Washington sur le pétrole iranien qui ont atténué les craintes d’interruption dans l’approvisionnement sur le marché.

L’Iran, visé par le retour des sanctions américaines, notamment depuis le retrait du président américain Donald Trump de l’accord nucléaire, suscite des inquiétudes chez les investisseurs de voir l’offre pétrolière du troisième producteur de l’OPEP disparaitre sur le marché.

D’un autre côté, la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC), reconnue par la communauté internationale, a annoncé ce mercredi avoir repris la gestion des terminaux pétroliers dans l’est du pays ainsi que les exportations. Ces deux facteurs ont poussé les prix de l’or noir à la baisse, après avoir frôlé les 80 dollars hier en cours d’échanges européens.

En effet, vers10H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 77,12 dollars, en baisse de 1,74 dollar par rapport à la clôture de mardi. Le « light sweet crude », référence américaine en baisse de 69 cents, à 73,42 dollars.

Sur le front libyen, le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est du pays, a rendu les terminaux pétroliers à la compagnie nationale basée à Tripoli, deux semaines après sa décision controversée de les remettre aux autorités parallèles de l’est, qui avait provoqué la suspension des exportations, selon la compagnie.

GMI BS

A ce propos, la compagnie pétrolière libyenne a annoncé dans un communiqué la levée de l’état de force majeure dans les ports de Ras Lanouf, al-Sedra, al-Hariga et Zouetina après la remise des installations à la compagnie ce matin 11 juillet 2018. Les opérations de production et d’exportation reprendront à leurs niveaux normaux dans les prochaines heures.