Chine-Afrique : Une stratégie purement commerciale et une politique d’investissement prudente

dirigeants africains

Quelle stratégie pour la Chine en Algérie ? Au regard des échanges bilatéraux entre l’Empire du Milieu et l’Algérie, force est de constater que la Chine mène une stratégie essentiellement commerciale en Algérie et même en Afrique.

Devenue en un temps record le premier fournisseur du pays, la stratégie économique du géant asiatique en Algérie est essentiellement axée sur les exportations qui s’élèvent « à environ 9 milliards de dollars ». Selon M. Ismail Debeche, président de l’Association d’amitié Algérie-Chine. La part de marché de la Chine dans les importations algériennes est passée de 18% en 2017 à 15% en 2018, en raison des restrictions imposées par le gouvernement sur les importations.  Selon M. Debeche, «les exportations de l’Algérie vers la Chine s’élèvent à 1 milliard de dollars ». S’agissant des investissements, ils avoisinent les « 2 milliards de dollars ».

L’activisme économique de l’Empire du Milieu en Afrique est, avant tout, une stratégie purement commerciale, ce qui n’a eu cesse de soulever des inquiétudes de la part des opérateurs économiques et même des Pouvoirs publics. En effet, les entreprises chinoises réussissent à décrocher des grands projets d’infrastructures, comme le port d’El Hamdania à Cherchell ou l’autorité Est-Ouest, y compris la main d’œuvre pour la construction de ses mégaprojets vient de Chine.

Selon une étude de l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipemed), publiée en juin dernier, « la Chine a réalisé 14,9% des échanges du continent africain en 2017 dont 16,7% des importations et 12,1% des exportations ». Selon le Ministère chinois du Commerce, le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique atteignait 149,1 milliards USD en 2016.

Vers u nouveau plan quinquennal  2019-2023

L’Algérie et la Chine ont convenu, ce mercredi à Pékin, d’établir un bilan des réalisations effectuées dans le cadre du plan quinquennal 2014-2018 et de projeter un nouveau plan quinquennal 2019-2023.

Cette volonté s’est dégagée lors des entretiens entre le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, avec son homologue chinois Wang Yi, dans le cadre de sa visite officielle en Chine, a-t-on appris auprès du ministère des Affaires Etrangères.

GMI BS

Les deux ministres sont également convenus de poursuivre la concertation entre les deux pays pour la concrétisation des projets en cours de maturation. Rappelant le Partenariat Stratégique Global algéro-chinois, décidé par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et son homologue, Chinois XI Jinping en 2014, les deux ministres se sont félicités de la qualité des liens qui unissent l’Algérie et la Chine et du niveau atteint dans la mise en œuvre des projets conjoints et du plan quinquennal 2014-2018.