Marché algérien des assurances : progression du chiffre d’affaires de 8,6% au 1er trimestre 2018

Gourine Réda

« Au 1er trimestre 2018, nous avons enregistré un taux de progression du chiffre d’affaires de 8,6% par rapport à la même période de 2017. Ce qui est une bonne tendance qui augure des perspectives de croissance plus élevées », a indiqué ce lundi le président de l’Union algérienne des sociétés d’assurances et de réassurances, M. Kassali Brahim Djemal.

Tstart

Lors d’une conférence de presse aminée au siège du Conseil National des Assurances (CNA), Kessali a rappelé que le chiffre d’affaires du marché est passé de 46,5 milliards de dinars en 2006 à 133,3 milliards de dinars en 2017, ce qui représente une croissance moyenne annuelle de 11%. En 2000, le chiffre d’affaires des compagnies d’assurances était de 19,5 milliards de dinars.

«Nous avons constaté en 2015 et 2016 un ralentissement  en raison de l’impact de la baisse des prix du pétrole sur l’économie d’une manière générale et par conséquent sur le secteur des assurances qui est fortement corrélé à la conjoncture économique, mais nous constatons une certaine reprise amorcée en 2017 avec un taux de progression de la production de 3%, contre 1,3% en 2016 par rapport à 2015», a-t-il précisé.

L’assurance automobile domine le marché

Evoquant les principales caractéristiques du marché, M. Kassali a fait le constat de la prédominance des assurances dommages, en particulier l’assurance automobile qui domine le marché avec une part de 50%, suivi des branches IARD qui représentent 35% et la branche transport avec 4%.

Quant aux assurances de personnes, elles progressent d’année en année, notamment depuis la création de sociétés spécialisées en assurances vie, à la faveur de la loi de 2011 qui a acté la séparation des assurances de personnes des assurances dommages. Dans ce sens, la part des assurances est passée de 6% en 2006 à 10% en 2017. Le chiffre d’affaires des assurances de personnes était en 2017 de 13,3 milliards de dinars.

En termes de parts de marché, 75% du chiffre d’affaires est réalisé par des sociétés publiques, y compris les sociétés mixtes, mais la part de marché des sociétés privées est en constante évolution et se situe globalement à hauteur de 25% en 2017, a souligné le président de l’UAR.

« Nous avons un réseau de distribution en fort extension. La distribution se fait par le biais de plusieurs canaux, tels que les agences directes, agents généraux, courtiers et bancassurance. 69% du chiffre d’affaires provient du réseau direct, 29% des intermédiaires et 2% de la bancassurance », a précisé M. Kassali, ajoutant « le réseau commercial est passé de 1304 agences en 2007 à 2358 agences en 2017, soit une agence pour 18.000 habitants. Dans le cadre de la bancassurance, les sociétés d’assurances ont ouvert 750 points de vente auprès des banques».

Concernant le règlement des sinistres, M. Kassali a souligné que « les assureurs ont procédé au règlement de sinistres pour un montant global de 69 milliards de dinars en 2017, dont 45 milliards de dinars pour la branche automobile », en rappelant que « pour la période 2000/2017, les sociétés d’assurances ont réglé au profil de leurs client un montant global de 709 milliards de dinars ».

Deux conventions pour régler les sinistres d’assurance automobile

En raison d’une sinistralité importante dans la branche automobile, les compagnies d’assurances ont accumulé un stock de dossiers sinistres automobiles en suspens au titre des recours, ce qui a altéré l’image du secteur. Pour remédier à cette situation,  deux conventions ont été signées entre les compagnies d’assurances. Il s’agit de la « Convention d’Assainissement des Recours au Coût Moyen » (ARCM), qui a permis de régler entre 2016 et 2018, 200.000 dossiers recours relevant des exercices 2010 à 2014pour un montant global de 8,1 milliard de dinars.  La seconde convention, appelée « Convention Interentreprises de règlement Sinistres Automobiles Matériels » au titre des recours en application depuis le 1er juin 2016, a permis de réduire considérablement les délais de traitement et de règlement de dossiers. M. Kassali estime que tous les dossiers de 2015 devront être réglés d’ici la fin de septembre 2018.

Nous travaillons sur la convention IDA (Indemnité Directe des Assurés) qui sera lancée en 2019, permettra aux assurés d’être remboursés auprès de leurs agences, a précisé M. Kassali

Outre le règlement de sinistres, les compagnies d’assurances contribuent au financement de l’économie à travers des placements, prises de participation et d’investissements immobilier. Les assureurs ont totalisé en 2016 un montant de 265 milliards de dinars. Les placements en valeurs d’Etat représentent 52% du total des placements et les dépôts à terme dans les banques 18%.

S’agissant des activités de réassurance, la Compagnie Centrale de Réassurance (CCR) a enregistré une augmentation de 8,3% de son chiffre d’affaires global, atteignant ainsi 29,47 milliards de dinars en 2017, contre 27,2 milliards de dinars en 2016. M. Kassali a rappelé la mise sur le marché de nouveaux produits « packs assurantiels » destinés aux ménages et aux PME/PMI avec des couvertures complètes.

KIA RIO

Évoquant le processus de digitalisation engagé par les compagnies d’assurances, M. Kassali a rappelé que la vente en ligne est déjà opérationnelle au niveau des sociétés pour le produit assurance voyage à l’étranger. D’autres sociétés d’assurance dommages ont lancé la vente à distance pour l’assurance multirisque habitation et bientôt la vente en ligne de l’assurance pour les catastrophes naturelles (CAT-NAT).

Hassi Messaoud Expo