Homela deuxExportation hors hydrocarbures : Djellab «s’il faut changer la réglementation, on la...

Exportation hors hydrocarbures : Djellab «s’il faut changer la réglementation, on la changera »

Les autorités algériennes pensent à mettre en place une stratégie pour booster les exportations des produits algériens hors pétrole. De l’aveu de Said djellab, ministre du Commerce, lui-même, l’Algérie ne peut plus compter uniquement sur ses exportations d’hydrocarbures, quatre ans après la sévère baisse des cours de ces derniers.

« A l’issue d’un bilan que nous avons fait, nous avons remarqué que les mesures prises (jusque là pour soutenir les exportations) ne sont pas la solution. Il faut aller vers une stratégie à moyen-terme », a-t-il reconnu lors d’une conférence de presse organisée à Alger ce mardi 26 juin.

Djellab, qui s’exprimait en marge de l’ouverture des travaux de la quatrième Consultation nationale sur l’élaboration de la Stratégie nationale d’exportation, a indiqué dans ce sens qu’un « plan d’action » sera incessamment créé en concertation avec les opérateurs économiques, mais également les organismes concernés (comme l’Anexal). « Même s’il faut changer la règlementation, on la changera », a-t-il souligné. Et de trancher « l’acte d’exportation doit être prioritaire parce que l’économie nationale ne peut plus supporter le financement des importations qu’à partir des hydrocarbures ».  

Dans ce sillage, le ministre du Commerce a fait savoir qu’il a installé un groupe de travail, en sa qualité de chargé du pilotage des exportations des fruites et des légumes. Ce groupe, selon lui, a constaté une offre « très importante » des produits agricoles qui pourraient être exportés. Elle sera, a-t-il ajouté, plus importante à l’horizon 2021.

Autre mesure à prendre : l’ouverture du dossier de la grande distribution qui donnera, d’après lui, plus de marge de manœuvre aux exportateurs des fruits et des légumes. « Les exportateurs auront une plateforme dédiée à l’exportation des fruits et des légumes pour qu’ils puissent choisir le produit qu’ils peuvent exporter sans tourner à droite à et à gauche », a-t-il lancé.

Lors de cette sortie médiatique, Djellab, qui occupe depuis quelques mois l’important portefeuille du Commerce, a reconnu l’existence de « beaucoup de problèmes » qui entravent l’acte d’exportation des produits algériens tous azimuts. Il cite, à titre exemple, l’absence de quais ai niveau des ports algériens consacrés à l’exportation. « Il faut qu’on ait un quai reservé à l’exportation (…) il existe des problèmes pratiques que nous sommes en train de solutionner dans le cadre de la Stratégie nationale des exportations », a-t-il expliqué. Puis, d’ajouter : «  nous avons demandé  à tous les secteurs de toutes leurs initiatives »

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine