TVA sur les véhicules montés en Algérie : Toufik Torche, président de la commission des finances à l’APN, « des amendements peuvent être apportés »

usines de montage des véhicules en Algérie

Le projet de loi de Finances complémentaire 2018 présentée ce mardi à l’Assemblée populaire nationale (APN) prévoit, dans son article 6, une TVA de 19% sur les véhicules montés en Algérie.  

A ce propos, le président de la Commission de finances et du budget à l’APN, M. Toufik Torche, a indiqué ce mardi lors de son passage à la chaîne Ennahar que la TVA à 19% visée dans l’article 6 du projet de loi « peut être maintenue à 19%, si la majorité des députés le décide », comme elle « peut être amendée ou abaissée à 9%, voire même annulée », ajoutant « d’autres amendements peuvent être proposés sans toucher au porte-monnaie des consommateurs ».

La décision du gouvernement d’instaurer une TVA à 19% sur les véhicules montés en Algérie aura pour conséquences une flambée des prix des véhicules en Algérie. « C’est la crainte des députés. Les investisseurs ne paieront pas de leurs poches cette nouvelle taxe », a-t-il précisé.

M. Torche reconnaît que les prix des véhicules en Algérie sont trop élevés, précisant que «il est temps d’organiser ce marché et L’investisseur dans le secteur automobile doit réaliser des bénéfices raisonnables sans affecter le citoyen modeste ».

Le président de la commission des finances  déplore l’indisponibilité des véhicules neufs pour les acquéreurs qui se tournent vers le marché informel qui connaît une stagnation.  

GMI BS

Pour sa part, l’opposition a demandé, lors de l’examen de la loi en commission des finances et du budget, la suppression pure et simple de cette mesure du projet de loi des finances complémentaire 2018.