HomeLa uneInvestissement : Abdelouahab Ziani « il nous faut une stabilité juridique...

Investissement : Abdelouahab Ziani « il nous faut une stabilité juridique à long terme »

En réponse à l’appel du président de la République afin de relancer l’économie hors hydrocarbure, le président de la fédération Algérienne de l’agroalimentaire, Abdelwahab Ziani a demandé l’émergence d’une stabilité juridique sur une longue durée concernant les investissements.

Selon lui, les producteurs algériens sont capables de relever les défis, mais « nous avons besoin d’accompagnement et une stabilité au niveau des lois », chose qu’il a considéré comme indispensable pour la relance de la productivité des entreprises algériennes.

Intervenant sur les ondes de la radio  à propos des mesures de protection que doit adopter l’Algérie pour protéger la production nationale, M Ziani a affiché la disponibilité des producteurs locaux de lever le défis, mais « je  pense que nous avons les capacités d’être indépendants » vis-à-vis des importations, mais « si le Président de la République nous demande de relancer la productivité, nous aussi nous demandons une stabilité des lois sur une longue durée », car tout changement juridique a un « impact sur le processus industriel ». M. Ziani a souligné que les investisseurs ont « besoin d’une loi qui les protèges sur au moins cinq à dix ans ». « Faut aller sur une loi pérenne qui garantit une stabilité » juridique. A ce propos, il a demandé aussi de simplifier les lois afin d’accompagner les investisseurs, « car actuellement les lois bloquent plus que ce qu’elles n’aident » a-t-il fait remarqué.  

S’exprimant sue les mesures de protections qu’adopte le gouvernement actuellement, l’invité de la radio a indiqué que « ce mécanisme encourage la production nationale et peut aider plusieurs filiales toute en respectant les accords signés avec nos partenaires».

Le président de la Fédération Algérienne de l’agroalimentaire, a appelé pour la protection des filières à  grand potentiel, à l’instar de celles producteurs des arômes, le concentré de tomate, et la filière lait. Il a exprimé son souhait  de voir un soutien pour «toutes les filières de matières premières stratégiques qui devraient être protégées car la menace vient des produits finis qui cassent toutes les filières et les industries naissantes».

Dans ce sens, M Ziani a appelé à instituer des lois qui garantissent la production, « si nous avons des accords qui touchent à la pérennité d’une de nos filiales, il ne faut pas hésiterà instaurer des lois pour les protéger »  A ce propos, il a demandé de suivre le cas des Etats Unis qui a introduit des mesures protectionnistes concernant son industrie métallurgique. Car jusqu’à présent« nous n’avons pas les mêmes avantages que les pays étrangers pour les concurrencer sur nos marchés intérieurs » a-t-il ajouté.

L’invité de la radio  a par contre considéré que la levée du gel sur les importations est une erreur, puisque cela a activé le réflexe des importateurs qui ont tout de suite abandonné le produit local, et les investisseurs étrangers ont repris l’espoir d’exporter vers l’Algérie.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine