TVA sur l’automobile dans le PLF 2018 : Yousfi réagit

prix des véhicules montés en Algérie

Le ministre de l’industrie et des mines,  Youcef Yousfi a réagit aujourd’hui quand à une probable augmentation de taux de la TVA à 9 % ou à 19% pour les investisseurs dans l’industrie automobile en indiquant que les avantages qu’offre l’Etat ont une «durée limitée».

Kia Picanto

Répondant aujourd’hui à une question d’un journaliste portant cette mesure qui serait introduite dans le projet de la loi des finances complémentaires de 2018, Yousfi a indiqué que «la TVA, n’est pas nouvelle, elle a toujours existé». Le ministre de l’industrie qui a été en visite de travail dans la wilaya de Tizi-Ouzou a affirmé que l’Etat a « encouragé (les constructeurs) au démarrage, et le conseil national d’investissement (CNI) a donné certains avantages », mais cette aide à « une durée limitée » a-t-il souligné lors d’une conférence de presse tenue dans l’entreprise des industries électroniques dans la région de Fréha.

Le motif de cette nouvelle stratégie est « la transparence » a insisté Yousef Yousfi qui a tenu a expliqué que «la clé de sucées de l’industrie automobile c’est la transparence dans tous les échelons », et « nous veillons sur ça » a-t-il ajouté.

Toutefois, le ministre de l’industrie a affirmé que l’Etat est « déterminé à poursuivre l’envole de l’industrie automobile » qui est un « processus long difficile et nécessite beaucoup de patience ».

Selon ces dires, « l’industrie automobile nécessite des milliers de sous traitants », or que ces derniers sont en voie de formation et « ils se préparent pour travailler». En effet, ces sous-traitants « devraient répondre à la demande du marché, en terme de qualité et de la quantité », du coup le processus n’est pas simple « et nécessite d’être patient afin d’augmenter le taux d’intégration» a souligné le premier responsable du secteur de l’industrie.