HomeénergieL’Arabie Saoudite et la Russie envisagent de réduire les quotas de production

L’Arabie Saoudite et la Russie envisagent de réduire les quotas de production

L’Arabie Saoudite et la Russie, les producteurs de pétrole qui mènent les efforts pour réduire la surabondance mondiale discutent pour la première fois d’un assouplissement des seuils de production.

Le ministre saoudien de l’Energie, M. Khalid al-Falih, a déclaré que « Riyad et Moscou sont prêts à réduire les baisses de production pour calmer les inquiétudes des consommateurs », ajoutant que « tout assouplissement serait graduel afin de ne pas choquer le marché », a rapporté ce vendredi l’agence Reuters.

L’OPEP a entamé une discussion sur l’allègement des réductions de production suite à un tweet critique de Trump, a déclaré le secrétaire général de l’OPEP, Mohammad Barkindo.

Trump a tweeté le mois dernier que l’OPEP avait « artificiellement » augmenté les prix du pétrole. « Nous sommes fiers d’être les amis des Etats-Unis », a déclaré M. Barkindo devant les ministres saoudiens et saoudiens de l’énergie à Saint-Pétersbourg, au principal forum économique russe.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés dirigés par la Russie ont convenu de réduire la production d’environ 1,8 million de barils par jour jusqu’en 2018 pour réduire les stocks mondiaux, mais le stock excédentaire est maintenant proche de l’objectif de l’OPEP.

Barkindo a également déclaré qu’il n’était pas inhabituel pour les Etats-Unis de faire pression sur l’OPEP, certains secrétaires américains de l’énergie ayant demandé au groupe de producteurs d’aider à réduire les prix dans le passé.

Par ailleurs, le ministre russe de l’Energie, Alexander Novak, a déclaré que les réductions actuelles étaient en réalité de 2,7 millions de barils/jour en raison d’une baisse de la production vénézuélienne – environ 1 million de barils/jour de plus que les 1,8 million de barils/jour initialement convenues, selon la même source.

A noter que les premières discussions sont menées cette semaine par les ministres de l’énergie de l’OPEP, l’Arabie saoudite et la Russie, à Saint-Pétersbourg avec leur homologue des Emirats arabes unis, qui occupe la présidence de l’OPEP. Les ministres de l’OPEP et des pays non-OPEP se réuniront à Vienne les 22 et 23 juin, et la décision finale sera prise là-bas.

Les discussions actuelles visent à assouplir le record de conformité avec les baisses de production, dans le but de calmer le marché après que le pétrole a atteint 80 dollars le baril en raison des inquiétudes suscitées par une pénurie d’approvisionnement, explique le même média.

Alors que l’Arabie saoudite souhaite augmenter les prix pour financer ses réformes économiques et soutenir la valorisation de sa compagnie pétrolière nationale dans le cadre d’une introduction en bourse, le principal pays membre de l’OPEP et ses alliés doivent faire face à la pression des pays consommateurs, ainsi que des compagnies productrices de brut.En Russie, certains des plus grands producteurs de pétrole ont réclamé plus de flexibilité après près de 17 mois de réduction de la production.

Les coupes ont atteint leur objectif et les prix du brut près de 80 dollars le baril sont assez élevés, selon les patrons de Lukoil PJSC et de Gazprom Neft.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine