Projet de la raffinerie de Hassi Messaoud : une quinzaine d’entreprises intéressées

L’opération d’ouverture des plis des offres pour la réalisation du projet de raffinerie de Hassi Messaoud à Ouargla est prévue pour la semaine prochaine, a indiqué hier à Alger le PDG du groupe Sonatrach, Abdelmoumen OuldKaddour.

Kia Picanto

En effet, « une quinzaine de compagnies ont soumis des offres depuis le lancement de l’appel d’offres pour la réalisation de ce projet d’une capacité de production de 5 millions de tonnes/an, a déclaré M. OuldKaddour en marge d’une conférence de presse sur le bilan d’activités trimestriel de Sonatrach et sa stratégie de raffinage », a rapporté ce jeudi la radio algérienne.

OuldKadour a précisé qu’ « il y a une quinzaine d’entreprises qui souhaitent réaliser la raffinerie de Hassi Messaoud, et j’espère que le choix sera fait d’ici la fin de l’année 2018 ou début 2019 », selon la même source.

A noter que les capacités de production des carburants seront augmentées à la faveur de l’extension et du réaménagement de la raffinerie de Barakiqui devrait entrer en service en octobre 2018 et de la réalisation de deux nouvelles raffineries à Hassi Messaoud et à Tiaret lesquelles entreront en service en 2021, précise la même source. Grâce à ces raffineries, les capacités nationales de raffinage de pétrole devraient atteindre 40 millions de tonnes/an.

La mise en service de ces raffineries permettra de répondre à la hausse de la demande nationale de produits pétroliers, sachant que celle en carburants a augmenté de 7% en moyenne annuelle au cours des 10 dernières années.

Cette augmentation de la demande s’explique par la hausse de la taille du parc automobile national, l’amélioration du niveau de vie et les prix bas des carburants.