Logement sociaux : 280 personnes écopent des peines de prison pour falsification des dossiers

40 000 logements

La wilaya d’Alger a procédé au dépôt de plainte contre 984 personnes qui ont bénéficié des logements sociaux sans en avoir droit. 280 d’entre eux ont écopé des peines de prison ferme allant de 18 à 24 mois.

C’est suite à une enquête menée par les services de la wilaya d’Alger que c’est révélé qu’il existe plus de 980 bénéficiaires de logements sociaux qui ont utilisé des  faux papiers afin d’avoir droit à ce genre de logement dédié aux classe défavorisées de la société.

La wilaya qui a pu découvrir cette affaire suite à des enquêtes menées lors des opérations de relogements entre 2014 et 2017 ou il y avait plus de 42 000 familles qui ont pu bénéficier de logements,  a déposé plainte contre les personnes confondus. La justice n’a pas tardé à réagir en poursuivant ces personnes pour « faux et usage de faux », « Commerce de bidonvilles », « fausse déclaration de résidence », bénéfice illégal d’un logement social».

Selon un communiqué publié ce dimanche par la wilaya d’Alger, sur les 984 personnes concernées,  280 ont écopé de peines allant de 18 à 24 mois de prison ferme, 224 personnes entre deux et six mois de prison avec sursis,  et des amendes entre 500.000 et 200.000 dinars contre 180 autres personnes pour dommages causés à la wilaya d’Alger, alors que 93 mis en cause  sont acquittés.

MDI Alger

Ainsi, les nouvelles conditions d’attribution, soumises à des enquêtes pointues des services des wilayas, rend aujourd’hui la pratique difficile, mais surtout risqué, car pouvant conduire devant les tribunaux les fraudeurs qui chercheraient à passer entre deux gouttes.

Bessa, Résidence la Pinède