Les algériens ont payé plus d’impôts qu’en a générés la fiscalité pétrolière au premier trimestre 2018

économie africaine

D’après de récentes estimations du Gouvernement sur la fiscalité pétrolière et la fiscalité ordinaire pour les trois premiers mois de 2018 ont enregistré une nette amélioration. A la lecture de ces statistiques, la fiscalité ordinaire fait mieux que la fiscalité pétrolière, faisant que, les algériens ont payé plus d’impôts qu’en a générés la fiscalité pétrolière, avec respectivement 7.1 milliards de Dollars pour la première et 5.38 milliards de Dollars pour la deuxième.

En effet, de janvier à fin mars 2018, selon les estimations du Gouvernement, la fiscalité pétrolière a enregistré une croissance de 22.42%, avec 629.3 milliards DA, soit 5.38 milliards de Dollars versés au Trésor public, contre 514 mds DA (4.4mds USD) pour la même période en 2017. Gagnant, ainsi, près de 1 milliards de Dollars.

La fiscalité ordinairea, également, enregistré une amélioration au premier trimestre de l’année en cours, avec 828.8 mds DA soit 7.1 mds USD, soit une hausse de 0.39% par rapport à la même période en 2017. A ce propos, le Gouvernement rappelle dans ses statistiques que, la valeur globale de la fiscalité ordinaire pour l’année 2017, était de 3305 mds DA soit 28.25 mds USD, et en 2016, sa valeur était de 3076.6 mds DA (26.3 mds USD). Une courbe ascendante qui démontre que la fiscalité ordinaire contribue plus que la fiscalité pétrolière à l’équilibre de la balance de l’Etat, tout en sachant que, l’augmentation des impôts se répercute sur les citoyens et leur pouvoir d’achat, au moment où, l’Etat a évité d’adopter le controversé impôt sur la fortune.

Le Gouvernement qui est en train de préparer le projet de loi de finances pour 2019, prévoit aussi une hausse significative des recettes de la fiscalité pétrolière et de la fiscalité ordinaire pour cette année. La fiscalité pétrolière aidée par la hausse des prix du pétrole sur le marché international, est appelée à croître davantage. La fiscalité ordinaire sera portée à la hausse par les nouvelles taxes imposées par le Gouvernement, notamment, celles incluses dans la loi de finances complémentaires.

A rappeler que, la valeur de la fiscalité pétrolière pour l’année 2017 était de 18.2 mds USD (2126 mds DA), en 2016, 15.22 mds USD (1781 mds DA).

A noter que, le prix moyen du pétrole algérien pour les quatre premiers mois de l’année en cours est de 68.74 dollars le baril et pour le premier trimestre 2018 le prix moyen du baril est estimé à environ 67.60 USD.

Par ailleurs, en dépit d’une nette amélioration du prix du pétrole, les pouvoirs publics sur la voie de réduire le déficit budgétaire, n’ont pas jugé nécessaire d’injecter l’excédent des recettes pétrolières dans le Fond de Régulation des Recettes (FRR) dont le solde est resté à zéro depuis son épuisement en décembre 2017.

MDI Alger

Concernant le taux de changes, les statistiques du Gouvernement ayant confectionné la loi de finances 2018 sur la base d’un taux de change de 115 DA pour un Dollars, révèlent que la valeur de change du Dinar continue de reculer face au Dollar et à l’euro. Ainsi, le taux de change du Dinar a atteint la fin du mois d’avril dernier 114,11 DA pour 1 Dollar et 114.89 DA contre 1 Dollar actuellement, alors que le taux de change du Dinar par rapport à l’euro est de 140.21 DA pour 1 Euro.

Bessa, Résidence la Pinède