Gaspillage de produits alimentaires : Plus de 25 tonnes de pain récupérées dans les poubelles en trois mois à Alger

pain dans les poubelles

En trois mois, les ménages de la capitale ont jetée plus de pain dans les poubelles qu’ils n’ont consommé. En effet, selon les chiffres de l’Epic Extranet, spécialisé dans la collecte des déchets au niveau de la wilaya d’Alger, il est question de la a récupération de 25.31 tonnes de pain dans les poubelles d’une trentaine de communes d’Alger, durant le premier trimestre de l’année en cours.

Le même établissement qui assure le ramassage des ordures dans presque la moitié des communes d’Alger, récupère chaque jour dans les bacs à ordures des algérois, une moyenne de 500 à 600 kg de cet aliment.

Selon le journal El Watan qui cite une source d’Extranet, Selon une source de cet établissement public, «35% du contenu des bacs à ordures est constitué de pain et de gâteaux».

A noter que, les chiffres d’Extranet ne sont pas exhaustifs et ne concernent pas toute la capitale. Les chiffres sont à multiplier par deux si l’on inclut les quantités jetées au niveau de la trentaine d’autres communes non couvertes.

Ces quantités de nourriture jetées en disent long, sur des comportements inacceptables de la part de nombreux citoyens.  Ainsi, on peut dire que les Algériens ne sont plus dans une logique de gaspillage, puisqu’un tiers de leurs ordures est constitué d’un produit de large consommation et chèrement subventionné par le Trésor public, c’est un acte criminel.

L’Epic Extranet qui est présent dans 31 municipalités périphériques de la capitale, et qui partage le ramassage avec Netcom, qui couvre, lui, les communes du centre d’Alger. A lancé depuis samedi dernier une campagne de sensibilisation au niveau des espaces publics de ses communes de compétence, pour faire face à cette situation inacceptable, voire regrettable.

GMI BS

Selon la chargée de communication de cet établissement, citée par le même journal «cette initiative vise à sensibiliser les citoyens sur la lutte contre le phénomène et ses effets écologiques et économiques». Toutefois, une question se pose : une campagne de sensibilisation suffit-elle pour en finir avec le gaspillage ?

Bessa, Résidence la Pinède