La Sonatrach a perdu 10 000 employés en trois ans

Sonatrach et ENI

La Sonatrach a subit une saignée importante en matière des ressources humaines durant les trois dernières années. Selon le PDG de la Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, au moins 10 000 employés ont quitté la compagnie pour plusieurs raisons, partant à la recherche d’autres avantages.

Répondant à une question des sénateurs suite à la présentation d’une conférence sur la transition énergétique et la diversification économique tenue aujourd’hui au conseil de la Nation, Ould Kaddour a regretté le départ de 10 000 employées de la société au cours des deux à trois dernières années. Une situation, à laquelle Sonatrach n’a pas de solution, «  je ne sais pas comment les faire revenir »  a indiqué le conférencier qui évoque l’absence de moyens financiers pour donner des salaires équivalents à ceux qui sont offerts par les compagnies étrangères. Ould Kaddour n’a trouvé que l’aspect psychologique pour essayer de convaincre les salariés de rester « il faut bien communiquer avec eux » a-t-il présenté comme solution.

Cette fuite des ressources humaines que connaît la Sonatrach, n’est pas dû uniquement à des raisons financières, selon Ould kaddour les affaires de corruption et les affaires en justice auxquelles la compagnie a dû faire durant ces dernières années ont influencé largement sur la volonté des cadres à travailler pour la Sonatrach. Dans ce sens, il a indiqué que les responsables ou les travailleurs ne « se sens pas en sécurité » car tout simplement, «  ils ont peur de se retrouver face à la justice » du coup, ils « ne peuvent même pas prendre de décision » a-t-il ajouté.


Lire plus: Sonatrach : Plan de recrutement de 12 000 travailleurs en cinq ans dont 3000 prévus en 2018


Dans ce sens, il a fait appel aux sénateurs (les politiques) afin de contribuer à réhabiliter l’image de la compagnie chez les employés et d’établir la confiance entre la société et les travailleurs. Son appel s’est élargit aussi pour demander un soutien afin d’établir le volet économique de l’entreprise et bannir son volet bureaucratique.

MDI Alger

S’exprimant, sur la part des wilayas du sud dans le recrutement à Sonatrach, Ould Kaddour a souligné que cette région «bénéficie toujours des avantages dans  le recrutement ». Cependant, il a souhaité à ce que les « jeunes de la région du sud se forment davantage dans le secteur mécanique et l’utilisation des machines » afin de pouvoir intégrer facilement la Sonatrach.  

Bessa, Résidence la Pinède