Commerce extérieur : l’Algérie a importé 9 915 tonnes de lait écrémé en poudre de France, en 2018

poudre de lait

L’Algérie a importé de France une quantité de 5 883 tonnes de lait écrémé en poudre, et ce, en février 2018, contre une quantité de 1 395 tonnes en février 2017,  soit une évolution de  321.7%, selon les dernières statistiques de France Agrimer. En cumul, l’Algérie a importé de France 9 915 tonnes de lait écrémé en poudre en 2018 contre 4 167 tonnes en 2017,  soit une évolution de 137.9%.  

Notons que la facture d’importation des produits laitiers, céréales, sucre et sucreries a connu une hausse en janvier 2018, selon les Douanes. Globalement, la facture d’importation des produits alimentaires a atteint les 838 millions de dollars en janvier 2018 contre 747 millions de dollars durant la même période de 2017, soit une hausse de 12,2%, détaille le Centre national de l’information et des statistiques des Douanes (Cnis).

Concernant les principaux produits alimentaires, la facture d’importation du sucre et sucreries a bondi à 114,6 millions de dollars contre 96 millions de dollars, en hausse de 19,46% entre les deux périodes de comparaison.

Même tendance pour le lait et produits laitiers qui ont été importés pour 153,63 millions de dollars en janvier 2018 contre 145,23 millions de dollars en janvier 2017 (+5,8%).

Aussi, l’importation de produits laitiers est soumise à de nouvelles conditions. En effet, le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche vient de mettre en place de nouvelles conditions pour l’importation de produits laitiers en Algérie. Les importateurs de produits laitiers sont désormais soumis au dépôt d’un dossier de base, préalable à la demande de dérogation sanitaire à l’importation, et valable pour toute l’année 2018.

Le dossier en question doit comporter les prévisions d’importation pour l’année 2018 précisant les quantités trimestrielles, une facture proforma de référence des produits à importer ; un extrait de rôle apuré datant de moins de 3 mois (de l’importateur) et un bail de location, ou un acte de propriété, pour les locaux de stockage ou de transformation valable au moins durant la validité de la dérogation sanitaire à l’importation.

Quant à la demande de dérogation sanitaire à l’importation, elle devra être renouvelée chaque trimestre, et pour laquelle l’opérateur devra fournir une facture pro forma de chaque denrée à importer ; un certificat d’hygiène et de salubrité du lieu de stockage daté de moins de 15 jours et une copie de l’agrément sanitaire du lieu de stockage.

MDI School