Tunisie : coup d’envoi de plusieurs projets d’énergie renouvelable près de la frontière avec l’Algérie et dans le sud du pays

formes d’énergie disponibles

Le chef du gouvernement tunisien, youcef chahed, a annoncé ce jeudi 5 avril que son pays procèdera prochainement au lancement de projets énergétiques dans plusieurs régions de la Tunisie, selon des médias tunisiens.

Ces projets, consacrés à l’énergie renouvelable pour un total de 800 mégawatts (MW) d’électricité, seront implantés dans les gouvernorats (wilayas) de Gafsa (100 MW), Tataouine (100MW), Sidi Bouzid (50MW), Tozeur (50 MW), Nabeul (200 MW) et Kébili (100 MW). Coût total de l’investissement 2000 millions de dinars tunisien (près de 672 millions d’euros).

Youcef Chahed, qui s’exprimait lors de l’ouverture de la Conférence Nationale sur « l’accélération de la mise en œuvre des programmes d’efficacité énergétique », a indiqué qu’un appel d’offres sera lancé le 27 avril prochain.

Par ailleurs, le premier ministre tunisien a fait savoir que dix autres projets de la même nature pour une valeur de 200 millions de dinars tunisiens (près de 68 millions d’euros) seront lancés dans les semaines à venir.

Il s’agit de projets qui seront mis en route par le secteur privé, dans le cadre d’autorisations de produire l’électricité à partir des énergies renouvelables, d’après Kapitalis.

Pour rappel, la Tunisie a adopté, en 2016, une stratégie de transition énergétique. Cette stratégie prévoit la mise en place des conditions d’un passage progressif et équilibré du modèle énergétique actuel. Elle est fondée sur la diversification des sources d’énergie et une meilleure exploitation des gisements d’efficacité énergétique disponibles, note le site d’information tunisien Webdo.

L’objectif étant de réduire la demande énergétique de 30% et d’augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique de 30%.  Conformément à l’Accord universel de Paris sur le climat, la Tunisie envisage d’arriver à une baisse de 41% de l’intensité carbone de son économie d’ici à 2030 par rapport au niveau de 2010.

Colloque MDI