Le groupe MAAZOUZ lancera un mini-truck monté en Algérie pour moins d’un million de dinars

Le groupe industriel Mazouz annonce, par le biais de son patron M. Ahmed Mazouz, la production et la commercialisation dès dimanche 1er avril, de mini-trucks de la marque Cherry, plus connue des Algériens à travers sa voiture QQ qui a connu un grand succès en Algérie.

BtoB Ooredoo

La particularité de cette annonce réside dans les prix annoncés pour ces produits qui connaîtront une baisse considérable pouvant aller jusqu’à – 30% de leurs prix d’importation, à l’heure où la quasi-totalité des véhicules connaissent une importante hausse des prix.

Cette nouvelle à l’effet de baume pour les commerçants et les jeunes entrepreneurs, cherchant un moyen de transport assurant efficacité et totale autonomie avec des prix plus avantageux et abordables.

Une manœuvre qui vient conforter la position d’un groupe économique en pleine expansion, puisqu’il enregistre un taux d’intégration actuel de 50%, et qui pourrait atteindre 70% au cours de la première année de l’entrée en production de l’usine, avec des caractéristiques qui font de lui un modèle quant au respect des cahiers des charges régissant ce domaine d’activité et qui stipulent que le prix de vente des véhicules montés localement doit être inférieur à celui des véhicules importés.

Les prix annoncés pour ces nouveaux véhicules montés localement sont, du moins qu’on puisse dire, très intéressants puisqu’ils offrent une différence allant jusqu’à plus de 600,000.00 DZD, sur les différentes gammes du modèle de véhicules. Ainsi, le mini-truck mono cabine coûtera 990.000,00 DZD au lieu de 1.350.000,00 DZD, le double cabine sera cédé à 1.190.000,00 DZD au lieu de 1.950.000,00 DZD et le mini-truck frigo se vendra au prix de 1.490.000,00 DZD à la place de 2.150.000,00DZD.

Kia Picanto

Le groupe Mazouz affiche des ambitions de développement franches avec des chiffres en pleine expansion et des investissements prometteurs reflétés par son usine de montage de Sétif qui s’étend sur 20 hectares pour un coût de réalisation de 80 millions d’euros, et des projets à venir avec la même marque de véhicules qui prévoit également la fabrication de pièces de rechange en Algérie et leur exportation vers toutes les unités industrielles de la marque sur le continent africain.