Le pétrole a baissé malgré les tensions géopolitiques

cours du pétrole

Les cours du pétrole ont baissé ce lundi, alors que les inquiétudes concernant les tensions entre l’Arabie saoudite et l’Iran ont permis de contenir les pertes.

En effet, le baril de Brent de la mer du Nord s’échangeait vers 18H05 GMT à 70,10 dollars le baril, en baisse de 35 cents, alors que le « sweet light crude », coté sur le marché américain, s’échangeait à 65,41 dollars, en baisse de 47 cents. La semaine dernière, le Brent a progressé de 6,4% et WTI de 5,7%, les plus forts gains hebdomadaires depuis juillet.

Le nombre de plates-formes pétrolières actives aux États-Unis a atteint 804 la semaine dernière, soit un sommet de trois ans, ce qui implique une nouvelle augmentation de la production future.

Les analystes s’accordent à dire qu’avec une production de brut aux Etats-Unis proche de 10,5 millions de barils par jour et une production de LGN (liquides de gaz naturel) en forte hausse, il est clair que la croissance de l’offre aux Etats-Unis pourrait au moins temporairement atteindre 2 millions de barils/jour au cours des mois d’été.

Par ailleurs, le ministre russe de l’Energie, Alexander Novak, a déclaré ce lundi qu’ « il était trop tôt pour envisager de sortir de l’accord sur la production pétrolière mondiale et que tout retrait de l’accord devrait se faire progressivement », a rapporté Reuters.

A ce propos,  Le ministre saoudien de l’Energie Khalid al-Falih a déclaré la semaine dernière que les membres de l’OPEP devront continuer à coordonner avec la Russie et les autres pays producteurs de pétrole non membres de l’OPEP sur les restrictions d’approvisionnement en 2019 pour réduire les stocks pétroliers mondiaux aux niveaux souhaités.

S’agissant de l’introduction en bourse du géant pétrolier saoudien, Saudi Aramco, « elle sera prête pour une introduction dans la seconde moitié de 2018 et le travail est en cours, a déclaré ce lundi M. Amin Nasser, le directeur général de la compagnie pétrolière nationale, lors d’une interview à la télévision Bloomberg.

MDI Alger

L’Arabie saoudite prévoit d’inscrire jusqu’à 5% de SaudiAramco dans l’offre. Une introduction en bourse réussie pourrait donner à l’entreprise une valorisation totale allant jusqu’à 2 billions de dollars, ce qui en fait la plus grande compagnie pétrolière au monde en termes de capitalisation boursière.

Bessa, Résidence la Pinède