Energies renouvelables : «Les appels d’offres pour la réalisation des 22 000 MW seront lancés dans les prochains jours»

moyens et équipements locaux

«Les appels d’offres concernant la réalisation du programme des 22 000 MW en énergies solaires, seront lancés dans les prochains jours», a indiqué ce lundi à Alger la Ministre de l’Environnement et des Energies Renouvelables, Fatma Zohra Zerouati.

Ooredoo Samsung

En soulignant que son département est chargé de «promouvoir et de développer les énergies renouvelables hors réseaux, et que l’autre volet, relié au réseau est du ressort du ministère de l’énergie».

Lors d’un point de presse en marge de l’inauguration du 1er salon international de l’environnement et des énergies renouvelables à la SAFEX d’Alger, Zerouati a annoncé que «la nouvelle stratégie nationale de l’environnement et des énergies renouvelables sera annoncée et présentée le dernier jour du SIEERA 2018», en ajoutant que «cela, dans le but d’identifier les besoins de l’Algérie dans ces deux secteurs, parce qu’on ne peut pas investir sans connaître la base sur laquelle nous allons investir et les objectifs de cet investissement».

Dans le même sillage, Zerouati a insisté sur l’importance de l’intégration dans tout investissement qui se fait et se fera en Algérie, que ce soit pour la ressource humaine (les chercheurs dont le nombre est de 300), et les entreprises nationales qui fabriquent des panneaux solaires, et ce. «L’intégration est prioritaire dans la nouvelle vision économique du pays», a-t-elle dit.

Zerouati a estimé que «l’investissement dans les énergies renouvelables revêt deux objectifs. Le premier est social, consistant en l’amélioration du cadre de vie du citoyen, en équipant le logement rural et de venir en aide à l’agriculteur dans les zones enclavées. Le deuxième objectif est de sortir de la dépendance aux hydrocarbures, et cela n’arrivera que, si on diversifie l’économie, et les énergies renouvelables et l’environnement à travers la valorisation des déchets, sont une voie privilégiée».

Selon elle, «l’Algérie est en  transition économique, qui sera suivie d’une transition énergétique, et doit être suivie d’une transition sociale», car, pour la ministre, «même le citoyen doit changer sa façon de consommer les ressources énergétiques et aussi, son comportement vers son environnement».

A propos de la gestion des déchets, dont les déchets ménagers  estimés à 13 millions de tonnes par an, dont plus de 6 millions de tonnes valorisables. La Ministre a fait savoir que «nous avons un plan national pour passer directement de l’étape de la collecte des déchets pour protéger l’environnement à l’industrialisation et la valorisation de ces déchets».

Par ailleurs, Zerouati a estimé que le SIEERA 2018 est «une expression de la forte volonté de l’Etat algérien de protéger l’environnement. Ce salon vient aussi pour donner au secteur de l’environnement et des énergies renouvelables cette nouvelle vision futuriste, qui s’inscrit dans le cadre du nouveau modèle économique hors hydrocarbures, dans lequel, l’environnement pourrait devenir un de ses piliers, à travers la création d’emplois et d’investissement et la création de PME, et surtout pour les jeunes».

«Je pense que, ce premier salon sera avant tout, un espace d’échange d’expérience, pour avoir connaissance de tous ce qui peut nous permettre de réaliser les objectifs de développement durable, et pourquoi pas, réaliser plus que ces ODD».

A noter, à cette première édition du SIEERA 2018, qui se déroulera durant 3 jours jusqu’au mercredi 28 mars à la SAFEX d’Alger, auquel participent 100 exposants nationaux et étrangers publics et privés, avec comme invité d’honneur la République Fédérale d’Allemagne.

KIA RIO

Tout au long de la durée de cet événement, des conférences seront animées par des experts nationaux et étrangers sur des thématiques liées à la question des déchets et aux énergies renouvelables.

EFTG