Conférence sur l’économie numérique dans la région MENA : ou sont passé les intervenants algériens ?

développement des économies de la région MENA

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a indiqué que « la conférence régionale sur la contribution de l’économie numérique dans la croissance des pays d’Afrique du nord et du Moyen-Orient (MENA), organisée lundi et mardi à Alger par le ministère des Finances avec la collaboration de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire arabe (FMA), permettrait de discuter et d’échanger sur les perspectives de développement des économies de la région MENA sur fond de digitalisation et numérisation, permettant la création de millions d’emplois à l’avenir ».

Le ministre a affiché sa conviction quant à la réussite des travaux de cette conférence grâce non seulement à l’envergure des experts et intervenants qui y prennent part mais aussi à la qualité des thématiques traitées. De hauts responsables d’institutions financières mondiales ont affirmé lundi à Alger que la construction d’une économie basée sur le savoir et la technologie passait par une implication de la jeunesse.

Or, pour les observateurs, il est inconcevable, qu’une rencontre régionale de telle ampleur organisé en Algérie, ne compte pas parmi les panelistes, des experts algériens qui auraient pu apporter plus de lumière sur la réalité de l’économie nationale, et régionale. D’autre part, ils relèvent avec amertume, que durant la matinée d’ouverture, aucun exemple de start up algérienne, n’ai été évoqué, alors qu’elles existent, elles se développent, elles font du bon travail, et même si, il y’a des obstacles et des problèmes à surmonter, elles  ont la latitude de représenter le développement l’économie numérique , notamment dans une rencontre qui, logiquement, leur est dédié, et qui justement, aurait été le tremplin pour faire parvenir aux autorités leurs préoccupations.

Pour nos interlocuteurs, le spectre de l’échec , plane déjà sur cette rencontre, ils considèrent que l’absence d’intervenant algériens, ne peut que diminuer, tirer vers le bas, et réduire à néant tous les efforts consentis , autant dans le domaine du développement de l’entreprise numérique en Algérie, de la création de richesse et d’emploi, que dans la présentation d’une nouvelle Algerie, qui se construit dans la tempête.