Véhicules montés en Algérie : L’APOCE appelle le Gouvernement à enquêter sur la véracité des prix

importation des kits SKD

Dans un communiqué publié dimanche sur sa page Facebook à propos des prix de sortie d’usine des véhicules montés en Algérie. L’Organisation de Protection et d’Orientation du Consommateur et son Environnement (APOCE)  a souligné que «ces prix sont ceux déclarés par les usines de montages de véhicules».

«Suite à la publication du ministère de l’Industrie et des Mines des prix véhicules montés en Algérie. L’Organisation de Protection et d’orientation du Consommateur et son Environnement (APOCE) exprime sa position officielle comme suit : il est rappelé d’abord que, les prix publiés représentent le coût de production déclarés par les usines de montage elles-mêmes, donc, il n’y a eu aucune vérification de la part des services concernés, qu’ils soient du Ministère de l’Industrie, du Ministère du Commerce ou même du Ministère des Finances», a écrit l’APOCE dans son communiqué.

L’organisation a précisé dans ce sens que «les prix publiés qui représentent le coût du véhicule à sortie d’usine, donc, il ne contient pas de marges bénéficiaires de la chaîne commerciale, que va facturer, l’usine de montage, le concessionnaire agréé, le distributeur agréé, le revendeur», en ajoutant que «dans tous les cas, les prix des véhicules montés en Algérie publiés, ont révélé des marges bénéficiaires inimaginables, atteignant  sur ces certaines marques le 1 million DA, et des marges bénéficiaires raisonnables sur d’autres marques de voitures, et ce, si on compare le coût déclaré aux prix de vente finale pratiqués par les concessionnaires agréés».

«Ces prix démontrent l’avidité de certains concessionnaires qui profitent sans le moindre respect des pratiques commerciales, de l’occasion du dérèglement du marché de l’automobile, après la décision de gel des importations par le Gouvernement. Une décision suivie par une hausse significative de la demande au cours des dernières années», a dénoncé l’APOCE dans son communiqué.

Tout en saluant «la décision audacieuse» du Ministère de l’Industrie et des Mines de publier pour le consommateur les prix de sortie d’usine des véhicules, l’APOCE a demandé à ce que ce geste soit accompagné par «un travail consistant en la vérification de la véracité de ces prix à travers des techniques utilisés dans le domaine des prix des transferts qui révèlent les prix des transferts entre la maison mère et ses filiales partout dans le monde», car selon l’APOCE les prix des véhicules montés en Algérie «demeurent, juste des déclarations des usines de montages, surtout que, ces prix restent loin de ceux pratiqués dans d’autres pays».

En outre, l’APOCE a appelé à la nécessité de plafonner les marges bénéficiaires des concessionnaires et également, la nécessité de la levée du gel sur les importations des véhicules de moins de trois ans dans le cadre d’un cahier des charges spécifique, et aussi, l’interdiction de la revente d’un véhicule neuf sur une période de moins de 6 mois.

Enfin, l’APOCE à travers son communiqué, a demandé aux usines de montage et les concessionnaires accrédités de revoir les prix de leurs produits, et d’adopter des prix bien étudiés et raisonnables.

MDI School