Guitouni : «L’éclairage public représente 40% de la consommation nationale d’énergie

L’éclairage public

L’éclairage public  représente 40% de la consommation nationale en énergie, soit 6500 MW sur les 14500 MW consommés, a indiqué ce jeudi à Alger, Mustapha Guitouni, Ministre de l’énergie, en qualifiant cela de «gaspillage».

Intervenant lors de la conférence nationale sur l’efficacité énergétique, organisée par l’APRUE à l’hôtel El Aurassi, Guitouni a estimé qui «l’éclairage public est une grande partie du budget de la commune. On le gère d’une manière un peu légère».

Il a précisé que «quand on sait que 50% des dépenses du budget vont vers un poste bien déterminés, il faut que je regarde un peu plus». En ajoutant qu’«il y a beaucoup de gestes anodins qu’on peut faire qui permettront d’économiser 60 à70% des dépenses de l’éclairage public, des bâtiments publics, tout ce qui est climatisation».

Lors de cette rencontre qui a réuni les walis, les chefs de Daïras, les maires, les responsables du Ministère de l’Energie, le Ministère de l’Intérieur, le représentant de l’Union Européenne à Alger, la représentante de l’Union pour la Méditerranée,  le PDG de Sonelgaz,et le PDG de Sonatrach. M.Guitouni a défendu les APC on estimant que «quand on voit le budget des APC et qu’on parle des créances de Sonelgaz, ce sont des milliards et des milliards de Dinars. On dit qu’on ne peu pas payer, pourquoi ? Parce que, la facture est chère,  je dis non. Parce que, cette énergie on ne la gère pas».

Par ailleurs, Guitouni a pointé du doigt le gaspillage d’énergie, à travers l’éclairage public allumé durant la journée pour maintenance, et les administrations qui laissent des lumières et des appareils allumés après les heures de travail.

A ce propos, le Ministre a indiqué que «comment se fait-il que, tout au long de la journée, l’éclairage public est allumé ?. Nous avons des artères complètes où l’éclairage public est allumé durant la journée. Parce que, les équipes de maintenance de l’éclairage public préfèrent travailler la journée, pour ne rien avoir à faire le soir».

Il a souligné que «la maintenance de l’éclairage public se fait la nuit», en expliquant que, quand on allume l’éclairage public pendant la journée et le soir, on paye la facture deux fois plus. Il faut savoir que, dans aucun pays du monde, on fait l’entretien la journée, sauf en Algérie. C’est le soir qu’on fait l’entretien des lampes, à partir de 20h ou 22h s’il le faut, quand il n’y aura plus de circulation. Parce que, quand on fait l’entretien la journée, on bloque d’abord la circulation, et on crée des accidents, et on ne règle rien du tout. Quand on le fait le soir, on intervient directement sur les points qui sont éteints».

Guitouni a demandé à ce que ce type de rencontre se répète dans chaque wilaya et chaque mois s’il le faut. En appelant Sonelgaz à se mettre à la disposition des APC, les accompagner leur expliquer, qu’est-ce qu’il faut pour économiser cette énergie, « si on reste au niveau des slogans et des slides, on ne va rien régler »conclut il.

«Il faut être très pratique, aller directement vers les APC et discuter avec elles. ça ne se résume pas à donne-moi la facture et paie-moi. Il ne paiera pas, parce qu’il a des problème de budget et tout le monde le sait. Maintenant, essayons d’économiser l’argent du trésor, à l’APC et au citoyen», a-t-il estimé.

«Mais pourquoi je ne peux pas être économe et rationnel. Pour quoi je laisse le climatiseur et les lumières allumés à l’administration. Pour quoi je ne recrute pas un employé pour qu’il fasse un tour le soir et éteindre toutes les lumières restées allumées. Pour quoi on s’en fout ? Je n’ai pas compris, pourquoi ?», a-t-il conclu.