L’Indonésie compte s’approvisionner en GPL algérien

Le baril de Brent à plus de 67 dollars, profite de la trève sino-américaine

En raison de la demande intérieure croissante et de sa production limitée, l’Indonésie prévoit de négocier des achats de gaz de pétrole liquéfié (GPL) auprès de la Sonatrach ainsi que de produire à partir des actifs appartenant au géant de l’énergie, Pertamina, en Algérie.

à travers  sa filiale Pertamina Internasional EP (PIEP) de Pertamina qui détient des participations dans trois champs pétroliers et gaziers en Algérie, à savoir le champ MLN avec 65%, le champ EMK avec 16,9% et le champ OHD avec 3,73 pour cent, que l’Indonésie prévoit obtenir une production supplémentaire du GLP pour son propre compte.

La ministre déléguée à l’énergie et aux ressources minérales, Arcandra Tahar, a déclaré que les actifs de Pertamina en Algérie contenaient du GPL, également connu sous le nom de propane (C3) et de butane (C4). Cependant, le gaz n’avait été utilisé que pour les opérations internes à ces champs, en particulier l’injection de gaz pour le maintien de la pression du réservoir »a-t-il ajouté.


Plus d’infos: Accord de coopération entre Sonatrach et l’indonésien Pertamina


«Nous examinons actuellement s’il est possible pour nous d’injecter du C1 (gaz méthane) pour maintenir la pression du réservoir au lieu d’utiliser C3 et C4″, a déclaré Arcandra mardi. « Si nous pouvons nous en rendre compte, nous obtiendrons une production supplémentaire de GPL dans ces champs algériens ».

Au travers d’une approche business-to-business, Pertamina cherche également actuellement à acheter du GPL directement auprès de la société d’énergie publique algérienne Sonatrach. «Nous espérons que Pertamina pourra acheter du GPL auprès de Sonatrach à un prix inférieur à la moyenne. La discussion entre les deux sociétés a commencé », a déclaré Arcandra.

Pertamina a estimé que ses ventes totales de GPL s’élèveraient à plus de 7,5 millions de tonnes cette année, contre une estimation de 7,2 millions de tonnes l’année dernière. Environ 60% du chiffre de cette année sera atteint grâce aux importations.