Vente de poulet : La demande chute de 20%

prix du poulet

Depuis la diffusion des reportages dans différentes chaînes TV privées, montrant le poulet étourdi par une décharge électrique avant son abattage, la demande du poulet a chuté de 20% selon l’association nationale des commerçants et artisans (ANCA). Les prix ont également chuté pour avoisiner les 270 DA le kilo selon la même source.

Notons que depuis quelques jours la diffusion de ces reportages a créé une certaine contestation par plusieurs imams qui ont déclaré que ce poulet n’est pas hallal et donc impropre à la consommation, précisant que Dieu a ordonné clairement dans le Saint Coran d’égorger l’animal et non de l’étourdir ou de l’assommer avant son abattage et ce, afin qu’il soit complètement vidé de tout son sang.

Certains Imams s’en sont pris aussi au ministre des Affaires religieuses et des Wakfs et à d’autres Imams qui ont approuvé l’étourdissement des poulets par des décharges électriques avant leur abattage.

Dans les abattoirs, on explique que le poulet est étourdi afin d’éviter ses soubresauts qui provoquent par la suite des hématomes et des blessures sur ses ailes. Pour les Imams ce poulet n’est pas hallal.

Outre cette affaire, les consommateurs déplorent aussi le fait que l’abattage de la volaille se fait sur la voie publique, ce qui constitue une menace sérieuse pour leur santé.

Pourtant, ces dernières années, les services du commerce et du contrôle de la qualité des produits alimentaires avaient mis en place des dispositions très strictes concernant la vente des viandes blanches au niveau des étals, telles que la mise en vente de poulets évidés et emballés dans du plastique alimentaire mentionnant toutes les informations utiles aux consommateurs, ainsi que des mesures fixant les conditions d’exposition et de conservation des différents produits (viscères et abats), qui sont vendus par les bouchers et les marchands de volailles.

MDI Alger

Mais malheureusement le phénomène de la vente et de l’abattage du poulet à l’air libre est revenu avec acuité sur les marchés hebdomadaires. Une autre situation qui met le consommateur dans l’inquiétude surtout ceux qui n’arrivent pas à acheter la viande rouge pour son prix.

Bessa, Résidence la Pinède