Le pétrole baisse après une hausse des stocks de brut américain

offre excédentaire de brut

« Le pétrole s’est échangé en dessous de 62 dollars le baril après la publication des données américaines ont montré que les stocks et les approvisionnements ont tous deux explosé, amplifiant les inquiétudes des investisseurs d’une surabondance mondiale », a indiqué l’agence Bloomberg.

Le rôle de l’Amérique sur le marché mondial du pétrole a été inversé en 2017. En effet, « alors que les producteurs de schiste augmentaient leur production, les États-Unis comptaient de moins en moins sur certaines de leurs partenaires et fournisseurs traditionnels de pétrole. Dans le même temps, les exportations de pétrole brut, d’essence et d’autres combustibles raffinés ont augmenté plus que jamais auparavant », selon la même source.

L’agence Bloomberg a rappelé que « les États-Unis ont devancé l’Arabie saoudite à la fin de l’année dernière et talonnent la Russie pour devenir le plus grand producteur de pétrole au monde. La production de novembre a atteint un record de 10,057 millions de barils par jour », ajoutant « les producteurs américains ont augmenté leur production, les prix ayant grimpé jusqu’à 60 dollars le baril vers la fin de l’année, attirant davantage de foreurs sur le marché ».

Par ailleurs, « la production pétrolière de l’OPEP a chuté en février, alors que les Emirats Arabes Unis ont rejoint les autres membres du Golfe en surenchère sur un pacte de réduction de l’offre », selon un sondage de Reuters.

Pour rappel, « l’Organisation des pays exportateurs de pétrole a pompé 32,28 millions de barils par jour en février, selon l’étude, en baisse de 70.000 barils/jour par rapport à janvier. Le total de février est le plus bas depuis avril 2017 », selon les enquêtes de Reuters.

Le taux de conformité des producteurs de l’Opep à l’accord a atteint 149% des réductions convenues d’un révisé de 144 pour cent en Janvier.

Le ministre de l’Energie des EAU, Suhail al-Mazrouei a déclaré que «nous estimons toujours que le travail n’est pas complet », ajoutant «le prix est une chose, rééquilibrer le marché est autre chose et nous devons équilibrer le marché », selon Reuters.

Rappelons que l’OPEP a réduit sa production d’environ 1,2 million de barils par jour dans le cadre d’un accord avec la Russie et d’autres producteurs non membres de l’OPEP. Le pacte a débuté en janvier 2017 et se poursuivra jusqu’à la fin de 2018.

La production des Émirats arabes unis a chuté de 50.000 barils/jour en deçà de la cible de l’Opep, reflétant un effort pour renforcer la conformité et la maintenance planifiée des gisements pétroliers.

La deuxième baisse la plus importante a eu lieu en Libye, où la production a chuté de 30.000 barils/jour à cause de la fermeture du champ pétrolifère d’El-Feel après une manifestation des gardes. Cela a retardé la reprise de l’approvisionnement libyen, qui avait atteint 1 million de barils/jour en janvier », selon la même source, précisant que «parmi les pays ayant une production plus élevée, le plus grand gain de seulement 20.000 barils/jour était enregistré au Nigeria.

L’OPEP a un objectif de production implicite pour 2018 de 32,73 millions de barils/jour, basé sur les réductions détaillées à la fin de 2016 et tenant compte des changements d’adhésion depuis, plus les attentes du Nigeria et de la Libye pour la production de 2018 », selon la même source, poursuivant « l’OPEP a pompé 450 000 bpj en dessous de cet objectif implicite en février, en raison notamment de la baisse involontaire au Venezuela ».

MDI Alger

Le ministre égyptien du pétrole, M. Tarek El Molla, a déclaré que «la compagnie saoudienne  Aramco, a accepté de fournir du pétrole brut aux raffineries égyptiennes pendant six mois, à partir de janvier 2018 », ajoutant « Aramco fournira 500.000 barils par mois de brut aux raffineries égyptiennes ».

Bessa, Résidence la Pinède