HomeActualitéInternationalEstimé à 1000 milliard de dollars, le fonds souverain norvégien se retire...

Estimé à 1000 milliard de dollars, le fonds souverain norvégien se retire du marché des actions pétrolières et gazières

« Le fonds souverain norvégien a enregistré son meilleur rendement en 2017, franchissant la barre des 1.000 milliards de dollars et choqué les marchés en proposant de laisser tomber les actions pétrolières et gazières », a rapporté ce mardi l’agence Bloomberg.

« L’exposition croissante du fonds au marché boursier signifie que les rendements pourraient être plus volatils à l’avenir », a déclaré le directeur général Yngve Slyngstad, lors d’une conférence de presse dans la capitale norvégienne.

Possédant en moyenne 1,4% des actions cotées du monde, le fonds suit largement les indices mais dispose d’une marge de manœuvre pour une gestion active. Il est en train d’augmenter la part des stocks dans son portefeuille à 70 pour cent pour améliorer les rendements. Il augmente également son influence dans des domaines tels que le salaire des dirigeants, la corruption des entreprises et l’investissement durable. Le rendement de 2017 était équivalent à 131 milliards de dollars, soit 13,7%.

M. Slyngstada déclaré que « le rendement cumulatif du fonds depuis sa création a dépassé les 4 000 milliards de couronnes. Une couronne de rendement sur quatre a été générée en 2017, après une très bonne année pour le fonds », selon la même source.

Le fonds norvégien de 1 milliard de dollars se retire du marché action pétrolier et de gazier. Le portefeuille d’actions du fonds a augmenté de 19,4% au cours de l’année, tandis que les placements à revenu fixe ont progressé de 3,3% et l’immobilier de 7,5%. Il détenait 66,6% des actions à la fin de 2017, 30,8% des obligations et 2,6% des biens immobiliers », selon la même source, précisant que «ses plus importants investissements en actions en 2017 ont été Apple Inc., Nestlé SA et Royal Dutch Shell Plc, tandis que ses principaux titres à revenu fixe ont été des obligations d’État américaines, japonaises et allemandes ».

Le fonds s’est également orienté davantage vers les marchés émergents au cours des dernières années pour augmenter ses rendements et la Norvège étudie actuellement la possibilité d’acheter des actions et des infrastructures privées.

Le gouvernement a retiré 61 milliards de couronnes du fonds l’année dernière, après la chute des prix du pétrole qui a forcé ses premiers retraits en 2016.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine