Le chinois Geely investit dans le capital de Mercedes

chinois Geely

Le constructeur automobile chinois Geely a acquis 9,7% de Daimler AG, propriétaire de la marque Mercedes-Benz, pour 9 milliards de dollars dans le cadre d’une transaction qui reflète l’expansion de Geely sur le marché européen des voitures premiums. Il devient ainsi le premier actionnaire du constructeur allemand.

Toutefois, le constructeur haut de gamme est déjà présent en Chine à travers son partenaire chinois BAIC. Daimler envisage d’investir environ 2 milliards de dollars dans une usine ultramoderne en Chine, renforçant ainsi leur relation avec Geely.

Le constructeur chinois BAIC a indiqué dans un communiqué, que « les deux sociétés investiraient 11,9 milliards de yuans, soit 1,53 milliard de dollars, dans la modernisation d’une usine de production de voitures Mercedes-Benz, y compris les voitures électriques ».

Le président chinois de Geely a déclaré qu’ « il avait acheté une participation de 10% dans Daimler pour 9 milliards de dollars pour accéder aux technologies du propriétaire de Mercedes-Benz ».

Cette décision pose un dilemme à Daimler, qui en plus de son partenariat avec le chinois BAICMotorCorporation, a conclu une alliance industrielle avec Renault-Nissan, qui détient une participation de 3,1% dans Daimler.

Cependant, le gouvernement allemand n’a pas réagi à cette prise de participation, alors que les Allemands ont voté un décret en juillet dernier pour renforcer son arsenal juridique contre les investissements étrangers.

Par ailleurs, Geely n’en est pas à sa première prise de participation dans un constructeur automobile européen. En effet, le constructeur chinois a déjà racheté en 2010 le suédois Volvo en difficultés. Geely est également devenu l’année dernière le premier actionnaire de Volvo AB, deuxième producteur mondial de camions.

Pour rappel, Geely a indiqué hier « ne pas envisager d’augmenter pour le moment sa participation », affirmant qu’ « il souhaite une alliance avec Daimler dans les véhicules électriques face au défi posé par de nouveaux entrants comme Tesla ou Uber Technologies », selon Reuters.