Homela deuxAlgérie-Turquie : 796 entreprises turques installées en Algérie avec environ 28.000 employés

Algérie-Turquie : 796 entreprises turques installées en Algérie avec environ 28.000 employés

« Le textile est l’une des filières sur laquelle on peut travailler avec nos partenaires turcs qui sont très avancés dans cette filière-là, un partenariat avec les turcs va relancer la filière. Nous avons constaté une volonté de nos partenaires tucs de s’installer en Algérie et d’aller vers d’autres marchés en partenariat »,  a indiqué ce lundi M. Abderrahmane Hadef, Vice-président de la Chambre Algérienne de Commerce et d’Industrie (CACI), lors de son passage à la radio algérienne.

Un secteur clé dans notre économie et dont la facture d’importation a atteint 4 milliards de dollars.

A ce propos, M. Hadef a rappelé que «on est en train d’importer actuellement plus de 90% de nos besoins en chaussures et 96% en textile et toute cette marge peut être couverte  progressivement », ajoutant «nous avons organisé au niveau des chambres de commerce des Wilayas, particulièrement à Médéa, des séances de sensibilisation et d’écoute auprès des opérateurs économiques pour recueillir leurs attentes. On devait réduire de 25% par an nos importations ».

Il a appelé les importateurs algériens« à convaincre leurs partenaires de venir s’installer en Algérie », citant l’exemple des Chinois qui ont commencé à s’intéresser au marché algérien de la chaussure.

Pour le Vice-président de la CACI, « nous devons aller vers une mise à niveau des entreprises du textile » rappelant que « certains métiers de la filière comme les stylistes-modélistes n’existent plus, on ne forme plus ces métiers-là, on a plus d’employés ».

Interrogé sur le modèle économique de la Turquie, M. Hadef a souligné que «le modèle turc peut devenir un cas d’étude pour nos et nous donner de la visibilité pour développer notre économie, notamment dans le textile, la pharmaceutique et l’électronique, c’est un modèle qui a prouvé son efficacité », ajoutant « le plus intéressant dans le modèle turc c’est qu’on n’a pas besoin de grandes usines pour devenir exportateur ».

Il a indiqué que «la PME peut jouer un rôle important dans la relance économique, notamment dans le développement local, car nous devons aller dans le développement des régions et nous devons identifier les potentialités par région », poursuivant «nous devons donner aux régions la possibilité de créer des petites entités qui deviendront des pôles d’excellence et nous sommes en train de réactiver les conseils d’affaires au niveau de la CACI qui dispose d’une trentaine de conseils d’affaires ».

Évoquant les entreprises turques en Algérie, M. Hadef a indiqué qu’«il y a exactement 796 entreprises turques installées en Algérie et emploient environ 28.000 personnes aujourd’hui la quasi-totalité de nos exportations vers la Turquie c’est les produits pétroliers ».

Par ailleurs, M. Hadef a rappelé que «la CACI est déjà impliquée dans la sphère économique et depuis l’installation de la nouvelle équipe, nous avons mis en place un programme ambitieux pour positionner la Chambre Algérienne de Commerce et d’Industrie en tant qu’acteur incontournable dans l’animation économique », ajoutant « à travers son réseau de CCI sur les 48 Wilaya, la CACI veut donner plus de visibilité à tous les opérateurs économiques et à surtout à tous les investisseurs nationaux et étrangers ».

C’est tout un programme de diplomatie économique qu’on est en train de mettre en place. L’Algérie dispose du potentiel pour aller vers une économie plus diversifiée », a-t-il souligné, précisant que «la nouvelle génération de chefs d’entreprises est disposée à aller dans ce sens-là, parce que l’un de nos challenges aujourd’hui est de s’ouvrir à l’international et de ne plus rester confiner dans notre propre marché qui est devenu saturé, nous devons donc aller vers d’autres marchés ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine