Ressources en eau : Généralisation de la distribution d’eau dans toutes les communes du pays

alimentation en eau potable

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a réitéré, lundi à Béjaïa, la volonté des pouvoirs publics de généraliser, « dans des délais relativement court », la généralisation de la distribution d’eau dans toutes les communes du pays, citant en exemple celles de la wilaya de Béjaïa qui vont pouvoir régler leur déficit avant la fin du 1er semestre 2019.

« Il y’a une nouvelle vision et beaucoup de travail à fournir, a affirmé le ministre au deuxième jour de sa visite de travail dans la wilaya, se montrant « rassuré et optimiste » quant à la concrétisation de cet objectif qui, en fait, concerne 24 wilayas qui, à des degrés divers, ont fait face à des perturbations et des déficits d’eau marquants durant l’année 2017, charriés pour l’essentiel, par les insuffisances de précipitation durant l’année, a-t-il tenu à spécifier, soulignant à ce titre, que pour ce faire « les moyens et les fonds requis sont déjà mobilisés ».

Focalisant principalement sur le cas de Béjaïa, Hocine Necib a annoncé qu’une enveloppe, d’un montant de 2,9 milliards de dinars, lui a été réservée de sorte à faire parvenir l’eau sinon en H/24 du moins sur des plages horaires atteignant 20 heures/jour dans 24 communes avant l’été, d’une part, et dans 12 autres avant la fin de l’année, d’autre part. Le reste, soit cinq (5) communes, pour une couverture totale, devront l’être à leur tour, avant le 1er semestre 2019. Les avis d’appel d’offres étant sur le point d’être lancé, a précisé le ministre.

Dans ce contexte, M. Necib a également abordé le cas des zones balnéaires et rurales de la région occidentale de Béjaïa (Saket, Boulimat, Bénik’sila, entre autres) pour lesquelles une grande opération est retenue, en attendant, a-t-il dit, l’achèvement d’une étude les concernant et dont l’adoption est tributaire de choix techniques et économiques à arbitre et porteuse d’une solution pérenne.

Le ministre, qui a visité deux jours durant plusieurs structures relevant de son département et inauguré de nouveaux équipements hydriques, notamment des stations de reprise et de pompage, a insisté sur la professionnalisation du secteur, notamment dans sa gestion, plaidant, entre autre chose, sur un surcroit de dynamisme et d’efficacité.

A ce titre, il a rebondi sur l’absolue nécessité de transférer les régies communales de gestion d’eau à l’Algérienne des eaux (ADE) et de précipiter les procédures y afférentes sur 52 communes, sachant que seules 16 sont rattachées à cette dernière.

MDI Alger