Khartoum(Soudan), abrite la 30ème Conférence régionale pour l’Afrique de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

Conférence régionale pour l'Afrique

Les séances de la 30ème Conférence régionale pour l’Afrique de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont débuté lundi à Khartoum (Soudan).

Ce sommet réunit près de 50 pays africains et 38 ministres de l’Agriculture, ainsi que 450 participants dont des responsables techniques et experts africains, cinq pays présents en tant qu’observateurs et 17 organisations internationales.

Prévue pour une durée de cinq jours, cette conférence a pour thème « Développement durable des systèmes agricoles et alimentaires en Afrique : améliorer les moyens de production et la création d’emplois décents et attractifs pour les jeunes ».

« Notre principal credo est d’assurer la nourriture à tous et la sécurité alimentaire à tous. Cette sécurité alimentaire ne peut être réalisée simplement en discutant ou en examinant les différentes expériences, elle nécessite de trouver des mécanismes et des moyens pour poursuivre un travail intense, que ce soit dans l’agriculture ou dans la production animale », a souligné Bichara Jumaa Aro, ministre soudanais des Ressources animalières, dans son discours d’ouverture à cette conférence.

Ce responsable a souligné l’importance de lutter contre les changements climatiques et la sécheresse, et de limiter les conflits armés.

Bukar Tijani, directeur général adjoint de la FAO et représentant régionale pour l’Afrique de cette organisation, a réaffirmé l’engagement de la FAO à aider les pays africains à faire face aux défis de la pauvreté et de la faim.

« Je tiens à dire que la FAO continue de soutenir les communautés économiques régionales », a dit M. Tijani.

MDI Alger

Cette conférence doit discuter de nombreuses questions concernant les politiques aux niveaux régional et international, y compris l’état de l’alimentation et de l’agriculture en Afrique, les changements climatiques et leur impact sur le travail de la FAO.

Bessa, Résidence la Pinède