Algérie-Japon : Un comité économique mixte public-privé pour bientôt

algéro-japonais

«Le Gouvernement japonais avec le ministre algérien concerné travaillent actuellement sur l’organisation bientôt d’un comité économique mixte public-privé algéro-japonais, avec la participation des ministres et des hommes d’affaires des deux pays», a annoncé ce lundi à Alger, Hiroshi Kitagawa Ministre Conseiller à l’Ambassade du Japon en Algérie.

Intervenant lors du séminaire et rencontres B to B Algéro-japonais organisé à l’hôtel EL Aurassi par  JETRO (Japan External Trade Organzation), Kitagawa a indiqué en lisant le discours de le message de l’Ambassadeur du Japon à Alger, que «nous avons consentis beaucoup d’efforts ces dernières années pour encourager les entreprises japonaises à venir investir en Algérie dans le but d’encourager et de renforcer les relations entre nos deux pays».

Selon lui «la présence des entreprises japonaises en Algérie n’est pas à la hauteur de nos attentes», en ajoutant que «cette rencontre est la poursuite des rencontres précédentes visant à redynamiser les relations économiques et commerciales entre les deux pays».

Pour sa part, le Directeur Général de JETRO Paris, Susumu Kataoka, a souligné que «le but de notre mission en Algérie est de s’informer sur la situation économique et politique ainsi que le développement du climat des affaires en Algérie».

«Nous voudrions infléchir la tendance baissière des échanges commerciaux en provenances du Japon et renouer avec le niveau du passé et le dépasser», a estimé le responsable qui était venu à la tête d’une  délégation de 20 d’hommes d’affaires japonais issus de grandes sociétés japonaises, spécialisées notamment dans les énergies renouvelables, les équipements médicaux, les TIC…etc., en présence de 120 hommes d’affaires et chefs d’entreprises algériens.

De son côté, le Vice-président de la CACI, Riadh Amour a indiqué que «j’espère que cette rencontre saura renforcer les liens de la coopération entre nos deux pays», en estimant que «le Japon est l’un des partenaires crédibles de l’Algérie avec lequel elle devrait développer la coopération économique et commerciale, qui se limité au seul secteur des hydrocarbures», a estimé Riadh Amour, en ajoutant que «la présence aujourd’hui de la délégation japonaise est une prouve de la volonté de la redynamisation des relations notamment dans les TIC, l’industrie électronique et les infrastructures…etc.»

Quant à Ahmed EL Antri Tibaoui, Vice-président du FCE a souligné que «les relations économiques entre l’Algérie et le japon connaissent une régression depuis 2014. Durant les trois dernières années, les échanges commerciaux entre les deux pays évalués à 2 MDS de Dollars ont chuté à 400 millions USD à un moment où l’Algérie a engagé un certain nombre de réforme pour diversifier l’économie dans le but de réduire le poids des hydrocarbures».

Dans ce sens, il a appelé les entreprises japonaises à poursuivre leurs efforts pour intensifier leurs relations avec les entreprises algériennes. Tibaoui a réaffirmé la disponibilité de l’Algérie  à «élargir et diversifier la coopération avec le partenaire japonais à travers notamment la présence accrue des entreprises japonaises en Algérie». Et également la disponibilité du FCE à accueillir et accompagner les entreprises japonaises voulant investir en Algérie.

En outre, le président du Club d’Affaires Algérie-Japon, Mustapha Mekideche, a plaidé pour la création d’un bureau du JETRO en Algérie.

MDI Alger