Schneider Electric Algérie inaugurera deux usines et trois centres de formations en 2018

Schneider Electric Algérie

Le groupe Schneider Electric Algérie inaugurera au cours de l’année 2018 deux usines de production industrielle d’une large gamme d’équipements électriques et trois centres de formation professionnelle d’excellence.

En effet, lors d’une table ronde dédiée à la presse au niveau de son stand au Salon de l’électricité et des énergies renouvelables, le PDG de Schneider Electric Algérie, Akli Brihi a annoncé que «cette année il y aura deux usines de Schneider Electric qui seront inaugurées. Une première en nom propre à Sidi Rached (Tipaza) en mars prochain  et une autre en partenariat avec le groupe GICA et ENIE qui sera un complexe industriel de Schneider Electric à Sidi Belabbès, dans le cadre d’un partenariat signé en novembre dernier lors du COMEFA, sera inaugurée vers la fin de l’année».

Selon le PDG de ce groupe implanté en Algérie depuis 50 ans, et devenu un leader dans la gestion de l’énergie et la distribution électrique, avec ces deux usines d’un investissement qui estimé à une dizaine de millions d’euro,«nous aurons une plateforme de production industrielle pour la production d’une large gamme d’équipements électriques basse et moyenne tension, à même de couvrir les besoins du marché algérien».

Brihi qui a parlé d’une organisation assez étoffé de son groupe en Algérie avec 200 collaborateurs, d’une usine et  un institut de formation agréé par le Ministère de la formation professionnelle à Rouiba (Alger) dans le but de créer des filières d’excellence sur les métiers de l’énergie, de la distribution électrique et des automatismes industriels, a annoncé également que «suite aux accords signés à Paris signés dans le cadre CIHN, nous allons investir avec nos partenaires cette année sur trois nouveaux centres d’excellence, un à Tizi Ouzou, un Sidi-Aich (Bejaia) et un à Sidi Belabbès».

«Ces centres d’excellence dispenseront des formations qualifiantes de BTS pro notamment dans la distribution électrique, énergie renouvelable et efficacité énergétique et automatisme industriel, qui sont de nouveaux métiers, pour donner une chance à des jeunes de milieu social non favorisé, avec des moyens de faire des stages et améliorer leurs connaissances techniques pour s’intégrer facilement dans le marché du travail», a estimé Brihi.

Et aussi, a-t-il ajouté «ces centres de formations visent à répondre aux besoins de main d’œuvres qualifiés dans ces domaines réclamés par es entreprises». Pour illustrer ses propos, le même responsable a donné un exemple pour les automatismes industriels, «pourquoi un centre à Sidi Aich ? Parce que c’est au cœur de la vallée de la Soummam connue pour être le berceau de l’industrie agroalimentaire». «Il y a une énorme demande sur la main d’œuvre formée dans les automatismes industriels», a-t-il estimé, en ajoutant qu’«à Sidi Belabbès, les formations qui seront dispensées dans le nouveau centre seront la distribution électrique, l’industrie électronique et les énergies renouvelables, parce que cette wilaya sera à termes un pôle d’excellence dans les ENR».

KIA RIO

Dans ce sens, Brihi a estimé que «cette passerelle entre la formation professionnelle et le monde de l’entreprise est quelque chose de fondamentale parce qu’elle vise à ce que les besoins de l’entreprise soient satisfaits, en matière de main d’œuvre qualifiée».

Hassi Messaoud Expo