Le pétrole s’enfonce dans un marché inquiet par la production américaine

opposé à l'accord iranien sur le nucléaire

Les cours du pétrole reculaient pour la sixième séance consécutive vendredi en fin d’échanges européens, creusant leur plus bas depuis plus d’un mois alors que la hausse de la production américaine menace de déséquilibrer le marché.

Hier vendredi en fin de journée le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril est descendu sous la barre des 62 USD  sur l’Intercontinental Exchange (ICE) son plus bas niveau depuis plus d’un mois. « Le fait que la production (américaine) atteigne aujourd’hui 10 millions de barils par jour et l’anticipation que les Etats-Unis vont devenir le plus grand producteur de brut (du monde) d’ici à la fin de l’année a incité de nombreux acteurs du marché (…) et à en tenir compte« , ont commenté les analystes de Commerzbank.

La production américaine a dépassé la barre symbolique des 10 millions de barils par jour selon un rapport hebdomadaire publié mercredi par le Département américain de l’Energie (DoE), confirmant un autre rapport publié la semaine dernière et évoquant déjà le dépassement de ce cap sur une base mensuelle.
Cette hausse de la production pourrait fortement amenuiser les efforts de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses partenaires, tenus par un accord de limitation de leur production jusqu’à la fin de l’année pour rééquilibrer le marché mondial et maintenir des prix élevés.

Afp