Pétrole : la Chine va lancer des contrats à terme en mars sur le pétrole brut

La Chine lancera en mars ses propres contrats à terme sur le pétrole brut, avec l’ambition de peser davantage sur les cours internationaux en proposant une alternative au Brent et au WTI, contrats en dollars qui servent de référence au marché mondial, ont rapporté ce vendredi plusieurs médias européens.

« Au terme de préparatifs minutieux, ces contrats à terme seront introduits et cotés le 26 mars sur une plateforme dépendant du marché à terme shanghaïen », a indiqué l’autorité chinoise de régulation financière (CSRC) dans un communiqué.

Petroser

C’est l’aboutissement d’une ambition de longue date du géant asiatique, gros consommateur d’hydrocarbures, qui pense depuis des décennies à lancer ses propres contrats pétroliers de façon à mieux peser sur le marché de l’or noir. La CSRC ne donne aucun détail à ce sujet. Toutefois, ces contrats devraient être ouverts aux investisseurs étrangers et libellés en yuans.

Par ailleurs, il faut souligner que la Chine a dépassé l’an dernier les Etats-Unis en tant que premier importateur de pétrole brut, et ses importations d’or noir ont encore augmenté de 20% sur un an en janvier, au niveau record de 40,64 millions de tonnes, dopées par une demande accrue des raffineurs indépendants.

Ces nouveaux contrats shanghaïens se veulent comme une alternative au Brent, coté à Londres, au WTI (West Texas Intermediate), coté à New York ces contrats, échangés à Londres et à Wall Street et libellés en dollars, dominent les échanges mondiaux de pétrole brut.

Les experts s’accordent à dire que même si les contrats chinois pourraient mieux refléter les réalités de l’offre et de la demande en Asie, il paraît incertain qu’ils puissent bousculer, à court terme, le duopole du Brent et du WTI comme références internationales.

Cependant, ces nouveaux contrats pourraient séduire les investisseurs chinois, qui s’intéressent ces dernières années aux bourses de matières premières du pays, où s’échangent aussi bien de l’acier que du soja ou de l’ail, des marchés objets de spectaculaires emballements spéculatifs.

2SPRO