SIPIAU : la CNEP un acteur incontournable de l’immobilier

financement de la promotion immobilière

« La CNEP a été créée au départ en 1964 pour collecter de l’épargne, et en 1997, elle a connu un changement statutaire en passant d’un statut de caisse d’épargne à un statut  de banque. Aujourd’hui, elle est dotée d’un capital de 46 milliards de dollars. La banque couvre aujourd’hui pour les besoins des entreprises, des ménages et de tous les acteurs économiques du pays. Les ressources de la banque sont de l’ordre de 1.270 milliards de DA et nous avons un encours qui tourne autour de 9.000  milliards de DA », a déclaré M. Salim Messaoudi, directeur général adjoint chargé du crédit à la CNEP, lors d’une conférence organisée en marge du salon international de la promotion immobilière et de l’aménagement urbain au centre international de conférences.

Il a précis que « la banque participe au financement de la promotion immobilière, à travers une filiale de promotion immobilière. La CNEP a réalisé 138.000 logements et aujourd’hui nous continuons cette effort, car nous avons 43.000 logements en cours de réalisation et plus de 25.000 logements dans le cadre de la location-vente que nous mettons au profit de l’AADL.. Le coût de ces logements tourne autour de 66 milliards de DA ».

Il a ajouté que « la promotion immobilière constitue un axe stratégique pour la banque. Nous avons actuellement un encours qui tourne autour de 160 milliards de DA sur la promotion immobilière, et nous vous financé 500 promoteurs », poursuivant la banque fait la distinction entre les primo-investisseurs et les anciens investisseur pour des raisons liées à la gestion des risques ».

M. Messaoudi a souligne que « la banque finance dans des proportions variant entre 60% et 80% de la construction et les taux d’intérêt sont 5,75%. Les durées de réalisation sont en général entre 12 mois et 36 mois », ajoutant nous accordons aussi des crédits de commercialisation permettant au promoteur de commercialiser le produit ».

Évoquant les contraintes rencontrées par la banque, il a indiqué que « la restructuration du projet qui intervient au cours de la réalisation, en rajoutant des niveaux ou des logements. Le retard dans  l’octroi des permis de construire ».

De son côté, Mme. Souhila Kouta, responsable à la CNEP de la fenêtre islamique, a indiqué que « le premier produit développé par la banque est ijaraTamlikiaqui est une formule de financement de logements particuliers neuf ou ancien, basée sur les principes de la finance participative. Le client choisis le logement et la banque va acquérir le logement auprès du promoteur à 100%. Ensuite, nous mettons le bien en location au profit du client et une foi que le client aura payé les loyers, la banque lui cède le bien à une valeur symbolique de 1.000 DA ».

Évoquant les conditions d’éligibilité, Mme. Kouta a indiqué « les salariés et les retraités doivent revenu mensuel supérieur à 30.000 DA et pour les commerçants et les professions libérales, le salaire mensuel doit être supérieur à 50.000 ».

Elle a ajouté que la banque peut financer un montant maximum de 100.000 millions de DA, avec une durée de financement allant de 2 à 30 ans. La quotité maximale du financement est de 90% du coût d’acquisition, et la capacité de paiement des loyers varie entre 30% et 50% du revenu net, pour éviter à l’acquéreur de se retrouver dans des difficultés de surendettement ».

M. Mohamed Menary, directeur de Spp communication, société organisateur du salon, a indiqué que nous vous demandé au ministère du commerce d’intégrer le programme des foires à l’étranger, pourque les promoteurs immobiliers algériens puissent participer aux salon sur l’immobilier organisés à l’étranger, ce qui permettra aux ressortissants algériens d’acheter des biens immobiliers sur place ».