«Yennayer» célébré sur tout le territoire national

premier jour de l’an Amaziɣ

Tombée comme une surprise, la consécration de «Yennayer» premier jour de l’an Amaziɣ basé sur le calendrier agricole et qui est à sa 2968ème année, comme une journée nationale fériée, chômée et payée, vient d’être célébré ce 12 janvier sur tout le territoire national sous sa forme officielle pour la première fois depuis l’indépendance de l’Algérie.

Ooredoo switch

Cette fête qui a traversé les siècles qui a failli disparaître tout comme l’identité Amaziɣ après le recouvrement de la souveraineté nationale, en raison de la politique aliénatrice initiée et perpétuée par les dirigeants qui se sont succédés à la tête de l’Etat pendant plus d’un demi-siècle.

Ainsi, au-delà du caractère politique que revêt cette consécration comme journée nationale, «Yennayer», qui a été de tout temps fêté sous silence par tous les habitants de l’Afrique du Nord, pourrait avoir, une dimension sociale et économique. Cette fête pourrait contribuer à la cohésion sociale avec l’acceptation de l’autre et en finir avec les clichés.

Sur le plan économique, «Yennayer», est une occasion pour faire valoir les potentialités nationales en matière d’artisanat, d’art culinaire et musical…etc. Aussi, c’est une occasion pour les citoyens de découvrir les richesses culturelles diversifiées de leur pays, également, cette célébration officielle, pourra également devenir une journée de consommation qui sera une aubaine pour les opérateurs dans le secteur de l’artisanat, par truchement, encourager le tourisme domestique et le tourisme en général.

En effet, on a assisté ce vendredi, à travers tout le territoire national, à l’ampleur de la richesse et de la diversité des traditions liées à cette date et la façon dont elle est fêtée, d’Annaba à Oran en passant par Tizi-Ouzou, Bejaïa et Alger. De Tipasa à Tamanrasset, en passant par Sétif, Constantine, Biskra et Ghardaïa, etc. Toutes les wilayas se sont  mises à l’heure de «Yennayer», en étalant et mettant en valeur toutes leurs potentialités aussi riches que diverses.

Drainant des visiteurs par milliers en l’espace d’une seule journée, les différentes activités organisées dans toutes les villes du pays, ont démontré que tout est vraiment facile et possible, si la bonne volonté y est.

Parmi les façons dont est fêté «Yennayer» ce vendredi, on cite par exemple, les festivités organisées à Alger, tout au long du boulevard allant de la place Audin jusqu’à la place de l’Emir Abdelkader, les algérois se sont donnés rendez-vous par milliers pour célébrer le premier jour de l’an Amaziɣ, en découvrant  les différents produits du terroir (objets artisanaux, plats traditionnels) et des troupes musicales venues de plusieurs localités du pays spécialement pour ce moment de convivialité, aussi, les enfants n’étaient pas oubliés, avec la panoplie d’activités culturelles et sportives prévues rien que pour leur grand plaisir.

A Oran, la journée de ce vendredi a été marquée par le carnaval «Ayrad», avec des comédiens déguisés selon la coutume des Beni Senous (Tlemcen), avec des masques et des capes, qui a sillonné les rues du centre-ville pour célébrer le nouvel an Amaziɣ.

Les habitants de l’Ahaggar à Tamanrasset restent toujours attachés à des traditions très anciennes de célébration du nouvel an amazigh, reflétant les valeurs de solidarité et d’entraide dans la préparation de la terre pour la nouvelle saison agricole. A Ouargla, les artisanes qui ont organisé des activités artisanales, ont considéré Yennayer version officielle, «une occasion de mettre en valeur le patrimoine Amaziɣ».  

A Tizi-Ouzou, outre le dîner traditionnel ou «Imensi n Yennayer» avec un couscous au poulet ainsi que d’autres plats traditionnels, la célébration s’est poursuivie ce vendredi, avec l’organisation de plusieurs activités culturelles, sportives ont marqué toutes les communes de la capitale du Djurdjura.

A Bejaïa également, l’ambiance était festive, notamment, les expositions multiples, faisant pour l’essentiel la part belle aux produits de l’artisanat (bijoux, habillement, sculpture) et aux produits agricoles du terroir (figue, olive, miel), démonstrations culinaires, conférences sur l’histoire de Yennayer et sa symbolique, courses d’enfants dans les rues, défilés artistiques avec chevaux et costumes traditionnels et des galas artistiques.

KIA RIO

Enfin, le mot fin durant cette journée de vendredi 12 janvier 2018, était «Aseggas Ameggaz».L’espoir d’une bonne année pour les Algériens.

EFTG