Sidi Said : « Les signataires de la charte sur le PPP, ne sont ni des bradeurs, ni des prédateurs »

charte du Partenariat Public-Privé

Le secrétaire générale du FLN, Djamel ould Abbes a tenu à préciser les choses, lors de sa  rencontre avec le SG de l’Ugta, Abdelmadjid Sidi Said , et le président du FCE, Ali Haddad, ce mercredi au siège de son parti, indiquant que « le FLN est le parti majoritaire et à ce titre, il est incontournable sur la scène politico-économique, et nous tenons à faire savoir, que le FLN, soutient la charte du Partenariat Public-Privé. Nous sommes pour un partenariat gagnant/gagnant, come nous soutenons, le secteur privé en participation avec le secteur public, car il ne s’agit nullement de privatisation, et je tiens à dire, que les grandes entreprises stratégiques resteront intouchables, autant que les emplois ».

Et d’ajouter «  nous nions, toutes ces rumeurs, qui disent que nous sommes contre la Charte pour le PPP, et que nous sommes contre le premier ministre, pour nous, c’est une alternative à la participation, ce n’est pas une forme de sous-traitance ».

Pour sa part, le secrétaire de l’ Ugta,  n’ a pas mâché ses mots , en déclarant « les signataires de la charte pour le PPP, ne sont ni des bradeurs , ni des prédateurs, nous sommes les constructeurs d’un consensus »

Indiquant avec force « je préfère le partenariat Public-Privé, entre algériens, que le partenariat avec Paul et Jacques. Cette charte est le summum de la compréhension du consensus, dorénavant il n’’y a pas de secteur public et de secteur privé, on parle d’entreprises algériennes. Cette charte apporte la dynamique qui manquait entre les opérateurs algériens, car il n’y avait que de la négation ».

De son coté, le président du FCE, est longuement revenu, sur le rôle des chefs d’entreprises, soulignant que, ce sont eux qui peuvent évaluer la situation et proposer des solutions. Nous plaiderons pour une charte sur le PPP, fructueuse et basée sur la promotion du service public,  avec le principe de non-distinction entre le secteur privé et public ».

Et d’ajouter « nous refusons toutes les accusations et les lignes rouges qui s’établissent dans les discussions de salons. Par ailleurs, la rencontre, s’est clôturée par la  remise du document de la charte sur le PPP, de la part du SG de l’Ugta,  au secrétaire générale du FLN.