Homela deuxDiminution du sucre et du sel dans les aliments : Le ministère...

Diminution du sucre et du sel dans les aliments : Le ministère du Commerce revient à la charge

Le Ministère du Commerce organisera demain, mardi, une journée d’étude et d’information inhérente à la problématique de diminution du sucre, du sel et des matières grasses dans les aliments sous le slogan «Consommons sain» au niveau de la Safex. Cette manifestation entre dans le cadre de son programme d’action en matière d’information, de vulgarisation et de sensibilisation.

Notons qu’afin d’agir sur la diminution du taux de sucre contenu dans certains produits alimentaires, le ministère du Commerce a décidé de prendre des mesures pour contribuer à préserver la santé des Algériens dès 2016. Un groupe de travail de lutte contre l’utilisation abusive du sucre, du sel et des matières grasses dans les produits alimentaires de large consommation, a été installé récemment par la tutelle.

Ce groupe comporte des représentants des ministères chargés de la Santé, de l’Industrie et de l’Agriculture, ainsi que ceux de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les associations scientifiques et professionnelles. Le ministère du Commerce a décidé donc d’instaurer un contrôle plus rigoureux sur les quantités des sucre, gras et sel et ce en mettant en œuvre un règlement. Le décret exécutif « obligera les producteurs à mentionner les quantités des produits cités », dans l’étiquetage de leur production.

En effet, quatre départements ministériels se sont penchés sur cette question importante pour la santé du consommateur, en plus de celui du commerce, le ministre de l’agriculture, de l’industrie et de la santé ont collaboré à leurs tours pour l’élaboration de ce dispositif.

Pour rappel, le gouvernement a déjà réglementé par décret exécutif la quantité de sucre incluse dans le café moulu et qui doit passer de 5% à3%. Le nouveau texte interdit clairement la torréfaction du café vert avec du sucre ajouté et fixe sa teneur en eau ou en humidité à un taux inférieur à 12,5%.

Cette décision vient au moment où les algériens consomment trop de sucre, cette consommation atteint des pics durant certaines périodes de l’année comme le mois de ramadhan ou la saison estivale, 70% du sucre produit ou importé annuellement est consommé durant cette période-là.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine