HomeActualitéInternationalEau: la Banque mondiale estime que la région MENA « vit au-dessus...

Eau: la Banque mondiale estime que la région MENA « vit au-dessus de ses moyens »

L’extraction de l’eau des rivières et des aquifères plus rapidement qu’ils ne peuvent être reconstitués équivaut à « vivre au-dessus de ses moyens, et elle nuit au capital naturel d’un pays, affectant la richesse et la résilience à plus long terme », a indiqué un rapport de la Banque Mondiale mardi.

« Si nous pensons aux ressources en eau en tant que compte bancaire, celui de la région MENA est maintenant sérieusement épuisé  » a déclaré Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et  l’Afrique du Nord, lors d’une session spéciale axée sur la région MENA tenue à Stockholm, en Suède, en marge de la conférence de la Semaine mondiale de l’eau, rapporte l’Aps.

A cette occasion, un rapport intitulé « Au-delà de la pénurie : la sécurité de l’eau au Moyen-Orient et en Afrique du nord » est sorti.

Celui-ci indique qu’une solution existe pour pallier les déficits hydriques et atteindre la sécurité en matière d’approvisionnement en eau. Et elle réside dans la bonne gestion des ressources moyennant les technologies et le recyclage des eaux usées collectées, dont plus de la moitié des quantités dans la région MENA, est renvoyée dans l’environnement sans traitement.

En outre, « en plus d’une meilleure gestion de l’eau, il est possible d’accroître l’offre grâce à des méthodes non conventionnelles telles que le dessalement et le recyclage », a déclaré Guangzhe Chen, directeur principal de Global Water Practice de la Banque mondiale.

Dans la région MENA, plus de 60% de la population vit dans des zones où la pénurie d’eau est élevée ou très élevée, par rapport à une moyenne mondiale d’environ 35 pour cent. Malgré ce « stress hydrique », la région détient les tarifs les plus bas au monde et consacre les proportions les plus importantes de leurs PIB aux subventions publiques de l’eau, ce qui décourage l’utilisation efficace de l’eau, selon le rapport. L’augmentation des tarifs des services d’eau donnerait un signal sur l’impact matériel de la diminution des ressources et encouragerait l’économie d’eau.

L’insuffisance de l’approvisionnement en eau et l’assainissement coûte environ 21 milliards de dollars américains à la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) en pertes économiques. Les mesures visant à améliorer la gestion et la répartition des ressources en eau limitées sont maintenant essentielles pour la croissance et la stabilité de la région, ajoute la même source.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine