A quelques jours de l’Aid El Adha : Les prix des fruits et légumes s’envolent

mafia des marchés

A quelques jours de l’Aid El Adha, Les prix des fruits et légumes ont enregistré une augmentation durant ces derniers jours au marché du détail.

Au niveau du marché « Réda Houhou » à Alger centre, le prix de la tomate  qui était de 50 Da/Kg, a augmenté à 80 Da, l’aubergine à 60 Da, les oignons sont à 50 Da, la pomme de terre à 60 Da et les carottes sont à 80Da. Le mais à 100 Da. Pour ce qui de la courgette, qui rentre dans les mets concoctés pour l’Aid, elle est cédé entre 120 Da et 140 Da.

La différence des prix au kilo entre ce marché d’Alger centre de celui d’El-Mouradia « Slimane Sadou » ou un autre dans le quartier populaire d’Al-Akiba à Belouizdad, peut varier entre 10 à 30 Da.

Pour ce qui est des fruits, le kilogramme de raisin est affiché entre 150 et 250 Da, selon la qualité. La pèche est à 350 Da, la nectarine à 250 Da, le prix des figues, selon la qualité est de 120 DA et peut aller jusqu’à 200 DA. La figue de barbarie est notamment vendue à 10 Da l’unité. Quand au prix de la banane, même s’il a connu une baisse ces derniers mois, reste relativement élevé, est cédé à 330Da.

Un vendeur au niveau du marché d’Alger Centre nous a affirmé qu’ « il y a une grande disponibilité de la marchandise des fruits et légumes qui est à 100% locale et d’une bonne qualité ». Ajoutant que « cette année les prix sont moins chers par rapport à la même période de l’année passée qui étaient plus élevés d’une moyenne de 50 Da mais les prix connaissent toujours des fluctuations».

Les spéculateurs pointés du doigt

Un autre marchand au niveau du marché de Belouizdad nous a expliqué que les prix varient selon la qualité « il y a de grandes quantités de récolte, les agriculteurs vendent à des petits prix pour éviter que leurs produits ne pourrissent mais en période de fêtes, les prix augmentent car il y a une forte demande sur certains produits et c’est au niveau du marché de gros et de certains intermédiaires que la spéculation commence » a-t-il soutenu.

Une cliente interrogée au niveau du marché Slimane Sadou, a indiqué que « les prix différent d’un commerçant à l’autre, «  je préfère acheter dans un marché au lieu d’un magasin où les prix sont plus élevés».

L’Association El Aman prévoit une autre hausse des prix en septembre

Interrogé sur le sujet, le président de l’association El-Aman pour la protection du consommateur, Hacene Menouar, a indiqué que « les prix des fruits ont augmenté ces derniers jours par rapport à la fin de la saison de récolte » et d’ajouter que « durant le mois de septembre les prix vont augmenter encore plus ».

Notre interlocuteur a souligné également que «pour l’année prochaine les prix seront plus élevés, car les agriculteurs vont cesser leurs activités à cause des dommages enregistrés cette année » a-t-il précisé.

Il a confié que cette instabilité des prix est due à « l’absence d’un réseau de distribution professionnel qui a ouvert une brèche aux spéculateurs pour imposer leur dictat ». Ajoutant que « les autorités n’arrivent pas toujours à contrôler le marché de fruits et légumes à cause du manque de centrales de distribution et de marchés de gros organisés ainsi des marché de proximité ».

MDI Alger

Selon lui, « le manque de chambres frigorifiques et non frigorifiques, figure parmi les raisons qui font que les prix ne se stabilisent jamais. « Dans les autres pays, a-t-il argué, les augmentations des prix sont généralement en centimes, en Algérie dans un intervalle d’une semaine à l’autre, la hausse peut aller au double. Donc les ménages ne peuvent pas faire des prévisions des prix pour définir leurs budgets ».

Bessa, Résidence la Pinède