HomeEntreprises-ManagementAutomobile: le chinois Great Wall affirme avoir des vues sur Fiat-Chrysler

Automobile: le chinois Great Wall affirme avoir des vues sur Fiat-Chrysler

Le groupe automobile chinois Great Wall Motor a affirmé lundi avoir des vues sur le constructeur italo-américain Fiat-Chrysler Automobiles (FCA), dont il pourrait tenter de racheter la marque Jeep, une façon de se conforter dans sa spécialité, les 4×4 urbains, très prisés en Chine.

Fragilisé par l’effritement de ses ventes aux Etats-Unis, FCA pourrait trouver sa planche de salut dans une offre de rachat chinoise: l’hypothèse, qui fait l’objet de vives spéculations depuis une semaine, a été confortée lundi par l’intérêt manifesté par le septième constructeur de Chine. « Nous sommes assurément intéressés pour réaliser une acquisition » liée à FCA même si, pour l’heure, « cela reste une intention », aucune offre formelle n’ayant été déposée, a indiqué à l’AFP une porte-parole de Great Wall Motor.

Pour autant, « nous allons agir de façon sérieuse (pour concrétiser) cette intention de rachat », a-t-elle souligné, sans vouloir préciser si une future offre viserait tout ou partie du groupe FCA.

Selon le site spécialisé Automotive News, Great Wall ne serait intéressé que par la marque de véhicules tout-terrain Jeep. Sa dirigeante, Wang Fengying, « est en contact » avec Fiat-Chrysler pour « entamer des négociations » à ce sujet, ajoutait le site. De son côté, FCA a affirmé lundi dans un communiqué n’avoir « pas été approché par Great Wall Motor au sujet de la marque Jeep ou de toute autre affaire ».

Spécialiste des SUV (4×4 urbains) dont il est le premier fabricant chinois, Great Wall a vendu l’an dernier 1,07 million de véhicules en Chine, mais sa présence à l’étranger reste anecdotique (17.400 unités écoulées).

Etant donné son positionnement, il se pourrait que Great Wall « préfère racheter » la seule filiale Jeep « plutôt que de reprendre l’ensemble du groupe FCA » et les charges qui y sont associées, estime Bill Russo, directeur du cabinet Gao Feng Advisory et ex-patron de Chrysler en Chine. « Jeep est le bijou de Fiat-Chrysler (…) c’est une marque à forte valeur » et bénéficiant de longue date en Chine d’une réputation de qualité, a expliqué M. Russo à l’AFP.

Chrysler, avant son rachat en 2009 par Fiat alors qu’il était en faillite, avait été un des premiers constructeurs automobiles américains à s’implanter sur le marché chinois, avec Jeep, au début des années 1980.

Au premier semestre 2017, FCA a écoulé dans le pays 110.000 voitures fabriquées sur place, profitant justement d’un bond de ses ventes de Jeep produites par sa joint-venture avec le constructeur local GAC.

Les ventes de 4×4 urbains ont le vent en poupe sur le premier marché automobile mondial: elles se sont envolées de 45% l’an dernier, à 9,05 millions d’unités, selon la fédération professionnelle CAAM.

A l’heure où Great Wall tente de monter en gamme, en proposant des modèles plus onéreux – et plus rentables -, un rachat de Jeep lui permettrait de renforcer son image, observe John Zeng, analyste du cabinet shanghaïen LMC, cité par l’agence Bloomberg.

Une acquisition chinoise pourrait permettre à FCA de sauver ses marques Chrysler, Dodge et Fiat et lui donner les moyens nécessaires pour développer ses activités de recherche et de développement.

Son PDG actuel, Sergio Marchionne, avait donné en 2015 son indépendance à Ferrari et pourrait faire de même pour Alfa Romeo et Maserati. Faire passer d’autres marques, dont Jeep, sous contrôle chinois pourrait donc faire partie de sa stratégie.

En cédant Jeep, FCA « peut en tirer un très bon prix », juge Bill Russo. De plus, Great Wall pourrait ne pas être le seul constructeur de l’empire du Milieu sur les rangs.

Automotive News a ainsi affirmé la semaine dernière que les représentants d’un groupe automobile chinois « bien connu » – mais non nommé par le site – avaient déjà fait au moins une offre en juillet pour acquérir FCA « au-dessus de sa valeur de marché ». Ces différentes informations enflamment le marché: à la Bourse de Milan, le titre de FCA a terminé en hausse de 6,92% à 11,44 euros, alors qu’il cotait à 9,82 euros avant les premières rumeurs d’intérêts chinois il y a une semaine.

Certes, une telle opération ne serait pas inédite: le suédois Volvo, autre grand nom de l’automobile occidentale, avait été racheté par le chinois Geely en 2010.

Mais le passage sous pavillon chinois de Fiat-Chrysler, fleuron de l’industrie américaine, pourrait s’avérer plus compliqué, à l’heure où le président des Etats-Unis, Donald Trump, dénonce volontiers les déséquilibres commerciaux entre Pékin et Washington.

Afp

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine