Pour le Pr Mebtoul, la politique actuelle est sans cohérence et va conduire le pays droit au mur

Abderrahmane Mabtoul

« Si on ne se remet pas debout sur le plan économique, on risque de se retrouver chez le FMI ». Ce sont les déclarations de Mr Ahmed Ouyahia avant sa nomination en tant que Premier Ministre. Alors que faire? S’interrogent certains experts en économie. Pour le professeur Abderrahmane Mebtoul, expert international en économie, la politique actuelle est sans cohérence va conduire à terme le pays droit au mur. Le professeur parle d’endettement et de dépendance en hydrocarbures devant impérativement  la corriger.

Le Pr Mebtoul s’interroge également sur le contenu de la loi de finances 2018. « Retiendra t- on, dans la loi de finances 2018 pour le calcul budgétaire de la loi de finances,  50 dollars comme  pour la loi de finances 2017 ? Ira- t –on  vers l’augmentation de la  fiscalité ordinaire  de 11% ? Peut-on agir  sur le taux de la TVA passé de 7% à 9% pour le taux réduit, et de 17% à 19% au risque un  processus inflationniste et injuste les impôts indirects s’appliquant à toutes les catégories sociales, l’impôt direct étant le signe d’une plus grande citoyenneté ?

Vat-on restreindre les dépenses où le  budget d’équipement  qui a  été ramené à 22 milliards de dollars en 2016 suite aux dernières coupes budgétaires  autant que le budget de fonctionnement environ 4600 milliards de dinars  incompressible à moins d’une refonte profonde  de la fonction publique ? Autant de questions qui demandent réflexion selon lui.

« Ne pouvant continuer dans cette trajectoire, comment dynamiser le secteur industriel qui  représente moins de 5% du produit intérieur brut et 80/85% des matières premières du secteur public et privé proviennent de l’extérieur, le taux d’intégration étant faible d’où les effets pervers, sans analyse et dans la précipitation, des usines de montage de voitures dont le montant des importations des entrants si toutes les usines devaient se réaliser  aurait été de 5/6 milliards de dollars/an 2018/2019,  sans perspectives d’exportation », estime l’économiste.

Il se demande également si le nouveau Gouvernement Ouyahia va conserver le système des licences d’importation qui est actuellement en cours, selon lui, sans vision stratégique et ce en tenant compte que l’économie algérienne est dominée par la tertiarisation où petits commerce et services représentent 83% de la superficie économique avec la dominance de la sphère informelle. Il estime qu’il faut avoir une vision stratégique de l’Algérie d’adaptation  au sein du nouveau monde.

« Il faut être réaliste. La situation est totalement différente  de celle des années 1994/1995 où le gouvernement d’Ahmed Ouyahia a procédé aux ajustements structurels où les Algériens connaissaient le terrorisme aveugle. Il faut méditer  attentivement le taux de participation réel aux dernières élections législatives tenant compte des bulletins nuls et de ceux qui ne se sont  pas inscrits », indique-t-il.  

MDI Alger

Le professeur considère qu’il existe, pour l’Algérie,  des possibilités pour augmenter le taux de croissance du fait d’importantes potentialités, malgré la crise,  supposant une nouvelle gouvernance stratégique, des institutions et des entreprises. « Tout projet est forcément porté par  des forces politiques, sociales et économiques  sinon tout modèle économique est voué à l’échec. L’enjeu majeur pour l’Algérie et sa survie implique donc de mettre en place des instruments opérationnels capables, d’identification, d’anticiper les modifications de comportement des acteurs économiques, politiques, sociaux et militaire au niveau géostratégique », suggère-t-il.

Bessa, Résidence la Pinède